janvier 05, 2019

Au fil de Jean 1,43-51 - Nathanaēl sous le figuier

« En ce temps-là, Jésus décida de partir pour la Galilée. Il trouve Philippe, et lui dit : « Suis-moi. »
Philippe était de Bethsaïde, le village d'André et de Pierre.
Philippe trouve Nathanaël et lui dit : « Celui dont il est écrit dans la loi de Moïse et chez les Prophètes, nous l'avons trouvé : c'est Jésus fils de Joseph, de Nazareth. »
Nathanaël répliqua : « De Nazareth peut-il sortir quelque chose de bon ? » Philippe répond : « Viens, et vois. »
Lorsque Jésus voit Nathanaël venir à lui, il déclare à son sujet : « Voici vraiment un Israélite : il n'y a pas de ruse en lui. »
Nathanaël lui demande : « D'où me connais-tu ? » Jésus lui répond : « Avant que Philippe t'appelle, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu. »
Nathanaël lui dit : « Rabbi, c'est toi le Fils de Dieu ! C'est toi le roi d'Israël ! »
Jésus reprend : « Je te dis que je t'ai vu sous le figuier, et c'est pour cela que tu crois ! Tu verras des choses plus grandes encore. »
Et il ajoute : « Amen, amen, je vous le dis : vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l'homme. » (1)
Il nous faut peut-être entendre d'abord le « suis-moi » adressé à Philippe pour entrer dans la contemplation du texte. Car il conditionne la réception de la suite de l'Évangile. Sommes-nous prêts ?
A cette question qui rejoins l'où es-tu ? de Dieu au jardin (Gn 2), suis la démarche intérieure de tout homme. Écoutons celle de saint Nersès Snorhali au XIIeme siècle :
« Vous verrez les cieux ouverts, avec les anges de Dieu qui montent et descendent »
Jacob, le fils cadet d'Isaac et de Rebecca, tu l'as appelé ton bien-aimé, Seigneur ; tu as changé son nom en celui d'Israël (Gn 32,29). Tu lui as révélé l'avenir, en lui montrant l'échelle dressée de la terre au ciel : à son sommet se tenait Dieu, les yeux fixés sur le monde, et sur l'échelle montaient et descendaient les anges... C'était le symbole du grand mystère, comme l'ont dit les hommes que l'Esprit éclairait...
Et moi, pour le bien, je suis aussi le cadet. Pour le mal, assurément je suis un homme mûr, comme l'aîné Ésaü... : j'ai vendu mon trésor pour assouvir ma convoitise (Gn 25,33) et j'ai effacé mon nom du Livre de Vie où sont inscrits dans les cieux les premiers des bénis (Ps 68,29).
Je te supplie, ô toi, Lumière d'en haut, Prince des chœurs de feu. Que pour moi aussi soient ouvertes les portes du ciel, comme elles l'ont été autrefois pour Israël. Mon âme déchue, de grâce, fais-la monter par l'échelle de lumière, signe mystérieux donné aux hommes de leur retour de la terre vers le ciel. Par la ruse du Malin, j'ai perdu l'onction parfumée de ton Esprit ; daigne de nouveau oindre ma tête par ta droite protectrice. Je ne te résiste pas, ô puissant, dans un corps à corps comme Jacob (Gn 32,25), car je ne suis que faiblesse.(2)
Sous le regard que pose Jésus à Nathanaēl, rien ne résiste devant celui qui est le chemin, la vérité et la vie. Le figuier est l'arbre du jugement. Personne ne résiste au regard de Jésus. Pourtant sa miséricorde infinie est plus grande que nos faiblesses.
Suis-je à la hauteur? Non. Mais Jésus sauve et c'est sur le Fils de l'homme, au dessus de lui (c'est à dire par sa Croix) que nous pouvons dire « Me-voici ».
Le grec « epi » (sur, au dessus) rejoins et ouvre à la contemplation de la Croix...


1) Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris
(2) Saint Nersès Snorhali, Jésus, Fils unique du Père, 85-95 ; SC 203 (trad. Sr Isabelle de la Source, Lire la Bible, t. 1, p. 114)

Aucun commentaire: