mars 01, 2019

Au fil de Marc 10,1-12. - il s’attachera à sa femme - Saint Jean Chrysostome

Au commencement de la création, Dieu les fit homme et femme.
À cause de cela, l'homme quittera son père et sa mère,
il s'attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair.
Donc, ce que Dieu a uni, que l'homme ne le sépare pas ! »

Commentaire 1 :
« Une seule chair » (Marc 10, 8) : Allusion au chapitre 2 de la Genèse v 24. Le terme "chair" (en grec sarx) évoque une réalité plus grande que le terme français. Une seule chair traduit une relation, un lieu de rencontre où les différences subsistent, mais la communion est entière. Une seule chair traduit la rencontre et le don, l'élan du don sans retour, voire même l'enfant. Dans cette phrase essentielle pour la compréhension du sacrement de mariage, la logique du don sans retour, du « je me donne à toi et je te reçois » prend sens.
Jésus fixe ici la barre haute. Il en appelle au plan de Dieu pour l'homme. Ce chemin de crête est à contempler à la lumière d'autres attitudes du Christ envers les pécheurs (Mc 2, 13-18) ou la femme adultère (Jn 8).(1)

Commentaire 2 :
Le « une seule chair » englobe la relation au sens large, une symphonie où chacun doit trouver sa place au service d'une unité à construire. Faire « une seule chair » n'est pas fusionner en un, mais prend le sens d'une harmonie toujours à parfaire, dans laquelle, l'unité, la joie et la fécondité au sens large peuvent trouver leur place.
Cette dimension du couple déplace le rigorisme des pharisiens sur un autre ordre. Dans la lignée de l'axe théologique pris par Matthieu dans les chapitres précédents, on retrouve cette insistance, non sur la norme, mais sur l'esprit de la loi : l'amour, au sens large.
Les petits calculs humains qui jouent avec la loi pour assouvir leurs désirs sont ici jugés mesquins, par rapport à l'axe même de l'amour.
Bien sûr, le chemin tracé par Jésus est hyperbolique. Deux mille ans plus tard, sans perdre de vue l'enjeu tracé par Jésus, on ne peut ignorer les souffrances causées par la rupture d'un couple. Si l'Église travaille à mettre en place une nouvelle pastorale dans ce sens, elle ne peut nier l'enjeu dévoilé par le Christ. Il y a donc une tension à trouver entre ceux qui cherchent à « sauver ce qui était perdu » (Mt 18, 11) et la force de la Parole qui éclaire les consciences et conduit à l'amour.(2)

Commentaire de saint Jean Chrysostome :
« L'homme...s'attachera à sa femme et tous deux ne feront plus qu'un »
Que faut-il que tu dises à ta femme ? Dis-lui avec beaucoup de douceur : « ...Je t'ai choisie, je t'aime et te préfère à ma propre vie. L'existence présente n'est rien ; c'est pourquoi mes prières, mes recommandations et toutes mes actions, je les fais pour qu'il nous soit donné de passer cette vie de manière à pouvoir être réunis dans la vie future sans plus aucune crainte de séparation. Le temps que nous vivons est court et fragile. S'il nous est donné de plaire à Dieu durant cette vie, nous serons éternellement avec le Christ et l'un avec l'autre dans un bonheur sans limites. Ton amour me ravit plus que tout et je ne connaîtrais pas de malheur plus insupportable que d'être séparé de toi. Quand je devrais tout perdre et devenir plus pauvre qu'un mendiant, encourir les derniers périls, et endurer n'importe quoi, tout me sera supportable tant que ton affection pour moi demeure. Ce n'est qu'en comptant sur cet amour que je souhaiterai des enfants » .
Il faudra aussi conformer ta conduite à ces paroles... Montre à ta femme que tu apprécies beaucoup de vivre avec elle et que tu aimes mieux, à cause d'elle, être à la maison que sur la place. Préfère-la à tous les amis et même aux enfants qu'elle t'a donnés ; et que ceux-ci soient aimés de toi à cause d'elle...
Vos prières, faites-les en commun. Que chacun de vous aille à l'église et qu'à la maison le mari demande compte à sa femme, et la femme à son mari, de ce qui a été dit ou lu... Apprenez la crainte de Dieu ; tout le reste coulera comme de source et votre maison s'emplira de biens innombrables. Aspirons aux biens impérissables, et les autres ne nous feront pas défaut. « Cherchez d'abord le Royaume de Dieu, nous dit l'Évangile, et tout le reste vous sera donné par surcroît » (Mt 6,33)(3)

(1) Cf. mon livre Chemins d'Évangile, p. 50
(2) ibid p. 371
(3) Saint Jean Chrysostome, Homélie 20 sur la lettre aux Éphésiens, 8, 9 ; PG 62, 140s (trad. Orval), source : l'Évangile au Quotidien

Aucun commentaire: