mai 12, 2019

Solitude périphérique

Aller à la périphérie n'est pas de tout repos.
Après avoir beaucoup dépensé d'énergie, se trouver démuni devant un auditoire d'une petite centaine de personnes qui ne savent pas répondre à « Le Seingneur soit avec vous »...
[Il faut dire que le « et avec votre Esprit » pose alors question....
Est-ce le mien seulement ?]

Enchaîner sur un rituel et terminer sur un Notre Père dit presque tout seul, si ce n'est la voix de ma femme, frêle et chancelante derrière moi... alors que j'ai précisé que le texte était dans le livret en couleur....

Balbutier et trébucher sur ses mots....

Voir les jeunes mariés féliciter les deux chanteuses de gospel et ne rien dire au « ministre »...

Ministre de quoi....?

Et je ne parle pas du vicaire que j'ai « remplacé » qui, un jour, s'est retrouvé tout seul dans une église voisine, avec le corps d'un défunt alors que les pompes Funebres aller fumer leurs cigarettes.

Priez pour nos prêtres de campagne. Quel ministère... !
Cela pourrait être déprimant si « l’espérance ne me faisait marcher plus loin que mes peurs »,
C’est surtout une leçon d’humilité.

Je me trouve chanceux. J’ai une femme, des enfants et des petits enfants qui m’aiment et me soutiennent.

Le chemin de Dieu dans le silence des cœurs nous dépasse.

Claude, jeune diacre de campagne



Aucun commentaire: