octobre 05, 2019

Homélie du samedi 5 septembre - Luc 10 - Fils de Dieu

« Père, Seigneur du ciel et de la terre,
je proclame ta louange :
ce que tu as caché aux sages et aux savants,
tu l'as révélé aux tout-petits.
Oui, Père, tu l'as voulu ainsi dans ta bienveillance.
    Tout m'a été remis par mon Père.
Personne ne connaît qui est le Fils, sinon le Père ;
et personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils
et celui à qui le Fils veut le révéler. » Luc 10, 21-23 AELF

Prenons nous conscience du mystère ?
La révélation de ce lien particulier entre le Père et le Fils, n'est pas, comme le souligne si bien Joseph Moingt (1) une phrase pouvant être tirée d'une réflexion post pascale de Jean, mais probablement une phrase très ancienne, tirée des premiers « logia », ces fragments qui ont servis à la constitution des trois premiers évangiles dits synoptiques. Il y a des chances qu'elle ait été prononcée par Jésus lui même.

Ici les apôtres sont, comme la plupart d'entre nous, des petits, à qui le grand mystère de l'amour divin a été révélé. Le Christ est le FILS, c'est-à-dire qu'il est, au delà de son humanité le chemin unique pour nous conduire au Père. Quand nous oublions de voir l'étendue de notre faiblesse, quand nous croyons être sage et savant par nous-mêmes, il nous faut prendre le temps de revenir à l'essentiel, à l'essence même de notre foi : la contemplation du mystère de la Croix, cet effacement mystérieux de l'homme Dieu qui révèle notre violence, nos désirs de pouvoir et nous conduit à l'amour. Ici seulement, comme le suggère Marc 15, le voile se déchire de haut en bas...:

«Le rideau suspendu dans le temple se déchira en deux depuis le haut jusqu'en bas. Le capitaine romain, qui se tenait en face de Jésus, vit comment il était mort et il dit: «Cet homme était vraiment Fils de Dieu!» Marc‬ ‭15:38-39‬ ‭BFC‬‬



L'homme veut prendre le pouvoir sur la vie et la mort, il se croit sage et puissant. Il oublie que la vie est un don. Don de Dieu, dont du Père. Méditons cela ce week-end, dans le silence et la prière.
(1) Joseph Moingt, L'esprit du christianisme, Paris, Temps présent, 2018, p. 102

Aucun commentaire: