août 16, 2018

Un petit reste - Michée 4 - Espérance

En écho à 1 Rois 19, ce petit texte de Michée trace un chemin d'espérance :

En ce jour-là, – oracle de Yahweh, je recueillerai celles qui boitent, je rassemblerai celles qui étaient dispersées, et auxquelles j'avais fait du mal. Et je ferai de celles qui boitent un reste, et de celles qui sont éloignées une nation puissante. Et Yahweh régnera sur eux, sur la montagne de Sion, dès lors et à jamais.
Michée 4:6‭-‬7

(1) traduction BCC1923

août 14, 2018

Kolbe - Dieu est tout

"Dieu est tout. Tout ce qui existe en dehors de Dieu n'a de valeur qu'en référence à lui, qui est Créateur de toutes choses et Rédempteur des hommes. C'est donc lui qui nous manifeste sa volonté adorable par ses représentants sur terre et nous attire ainsi à lui, dans le but d'attirer aussi à lui par nous d'autres âmes et de les unir à lui par une plus grande charité.
Tu vois, frère, quelle est la dignité de notre condition, grâce à la miséricorde de Dieu. Par l'obéissance, nous dépassons pour ainsi dire les limites de notre petitesse, et nous nous conformons à la volonté divine qui nous guide par sa sagesse et sa prudence infinie pour que notre action soit bonne. Bien plus, en adhérant à sa divine volonté, à laquelle aucune chose créée ne peut résister, nous devenons plus forts que tout." (1)

(1) Lettre de saint Maximilien Marie Kolbe



août 10, 2018

Polyèdre 3 - Saint Augustin - diacre Laurent

On trouve aujourd'hui une autre déclinaison kénotique du Polyèdre chez Augustin d'Hippone :

"Aujourd'hui, l'Église de Rome nous invite à fêter le jour où le bienheureux Laurent a triomphé, jour où il a terrassé le monde furieux, où il a dédaigné le monde flatteur et ainsi a doublement vaincu le démon persécuteur. ~ Dans l'Église de Rome, vous le savez bien, il exerçait les fonctions de diacre. C'est là qu'il présentait le sang sacré du Christ, et c'est là qu'il répandit son propre sang pour le nom du Christ. ~ L'Apôtre saint Jean a mis en pleine clarté le mystère de la Cène du Seigneur lorsqu'il a dit : Jésus a donné sa vie pour nous ; nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères. Saint Laurent a compris cela, mes frères, il l'a compris et il l'a fait ; et ce qu'il avait consommé à cette table, c'est cela qu'il a voulu apprêter. Il a aimé le Christ par sa vie, il l'a aimé par sa mort.

Et nous, mes frères, si nous aimons vraiment, nous devons imiter. Car nous ne pourrons pas produire un meilleur fruit de notre amour qu'en nous montrant nous aussi des imitateurs. Le Christ a souffert pour nous et nous a laissé son exemple pour que nous suivions ses traces. Par cette phrase, il semble que, pour l'Apôtre Pierre, le Christ a souffert seulement pour ceux qui suivent ses traces, que la passion du Christ ne sert à rien, sinon à ceux qui suivent ses traces. En effet, les saints martyrs l'ont suivi jusqu'à répandre leur sang, jusqu'à imiter sa passion ; les martyrs l'ont suivi, mais ils ne sont pas les seuls. Après leur passage, le pont n'a pas été coupé ; après qu'ils ont bu, la source n'a pas tari. ~

Le jardin du Seigneur, mes frères, ce jardin a toutes sortes de fleurs : non seulement les roses des martyrs, mais aussi les lis des vierges, le lierre des gens mariés, les violettes des veuves. Absolument aucune catégorie de gens, mes bien-aimés, ne doit désespérer de sa vocation : c'est pour nous que le Seigneur a souffert. C'est très véritablement qu'il est écrit de lui : Il veut que tous les hommes soient sauvés et arrivent à connaître pleinement la vérité.

Il faut donc comprendre comment, en dehors de l'effusion du sang et du risque de subir la passion, le chrétien doit suivre le Christ. L'Apôtre dit, au sujet du Christ Seigneur : Lui qui était dans la condition de Dieu, il n'a pas jugé bon de revendiquer son droit d'être traité à l'égal de Dieu. Que lle majesté ! Mais au contraire, il se dépouilla lui-même en prenant la condition de serviteur, devenu semblable aux hommes et reconnu comme un homme à son comportement. Quel abaissement !

Le Christ s'est abaissé : voilà, chrétien, ce qui est à ta disposition. Le Christ s'est fait obéissant. Alors pourquoi es-tu orgueilleux ? ~ Ensuite, après être allé jusqu'au bout de cet abaissement et avoir terrassé la mort, le Christ est monté au ciel : suivons-le. Écoutons l'Apôtre qui nous dit : Si vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d'en haut : c'est là qu'est le Christ, assis à la droite de Dieu.

Pour demeurer fidèle au Christ,
tu n'as pas craint la haine des hommes !
Ardente est la braise de ton supplice !
Plus ardente la flamme de la charité
qui te consume en holocauste !"

(1) Saint Augustin, Homélie pour la fête de Saint Laurent, source AELF,  Bréviaire du 10/8

août 09, 2018

Les deux verres - Sainte Thérèse - vision polyédrique 2

Gf« Pauline me dit d'aller chercher le grand verre à papa et de le mettre à côté de mon petit dé, puis de les remplir d'eau et ensuite elle me demanda de lequel était le plus plein. (...) ma Mère Chérie me fit alors comprendre qu'au Ciel le Bon Dieu donnerait à ses élus autant de gloire qu'ils pourraient en contenir » (1)

Une autre insistance sur le polyèdre...

(1) Ste Thérèse de Lisieux, oeuvres complètes, ibid p. 99

août 05, 2018

Contemplation polyèdrique - Sainte Thérèse de l’enfant Jésus

Pour ceux qui connaissent l'image souvent évoquée par le pape François du polyèdre, ils trouveront dans cette méditation de la petite Thérèse un écho aux accents kénotique : « j'ai compris que toutes les fleurs qu'il a créées sont belles, que l'éclat de la rose et la blancheur du Lys n'enlèvent pas le parfum de la violette (...) l'amour de Notre Seigneur se révèle aussi bien dans l'âme la plus simple qui ne résiste en rien à sa grâce que dans l'âme la plus sublime, en effet le propre de l'amour étant de s'abaisser (...) il a créé l'enfant qui ne sait rien [pour y descendre (...)] et montrer sa grâce infinie. »(1)

(1) Manuscrit A, ibid. p. 72

Élection et miséricorde - Sainte Thérèse de l’enfant Jésus

« Dieu n'appelle pas ceux qui en sont dignes, mais ceux qu'il lui plaît » nous dit la petite Thérèse. On n'est pas pour autant dans un arbitraire de Dieu, mais bien dans une contemplation des voies insondables de Dieu qui appellent même les pêcheurs à son service. On retrouve la même idée chez François dans sa devise. Thérèse précise : « Ce n'est donc pas l'ouvrage de celui qui veut ni celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde »(1)

À contempler

(1) Thérèse de Lisieux, Oeuvres complètes, Manuscrit A, p. 71

juillet 14, 2018

Avec Dieu au goulag - Walter J. Cizek

On peut écrire des pages de théorie et de théologie sur la foi et la pratique. 
Ce livre nous conduit sans fards à l'expérience la plus profonde et la plus humble d'une rencontre de l'homme avec son Dieu.
Dieu apparaît quand l'homme cesse de décider, de vouloir, quand il abdique devant la volonté de Dieu.
Un chemin difficile, exigeant, impossible à l'homme sans la main de Dieu qui trace au coeur d'une vie la vérité et la paix.
Walter Ciszek nous conduit au coeur de ce qu'on appelle la déréliction - ce lieu où Dieu semble absent et où pourtant il nous attend.



Avec Dieu au goulag - Walter J.  Cizek, Points / Editions des béatitudes, 2010, Poche 8,10 €, 400p.

juillet 13, 2018

Il frappe à ta porte - 14 - Saint Ambroise

"Ouvre ta porte à celui qui vient, ouvre ton âme, élargis l'accueil de ton esprit afin qu'il découvre les richesses de la simplicité, les trésors de la paix, la douceur de la grâce. Dilate ton cœur, viens vers le soleil de la lumière éternelle qui éclaire tout homme. Sans doute, la vraie lumière brille pour tous ; mais celui qui ferme ses fenêtres se privera de l'éternelle lumière. Donc, le Christ lui-même est laissé dehors, si tu fermes la porte de ton esprit. Bien qu'il soit capable d'entrer, il ne veut pas s'introduire de force, il ne veut pas contraindre ceux qui le refusent.
Issu de la Vierge, il est sorti de son sein en rayonnant sur tout l'univers, afin de briller pour tous. Ils le reçoivent, ceux qui désirent la clarté d'une lumière perpétuelle que la nuit ne vient jamais interrompre. Car le soleil que nous voyons de nos yeux est supplanté par l'obscurité de la nuit ; mais le soleil de justice ne se couche jamais parce que le mal ne supplante jamais la sagesse.

Heureux donc celui à la porte duquel frappe le Christ. Notre porte, c'est la foi, qui, si elle est solide, défend toute la maison. C'est par cette porte que le Christ fait son entrée. Aussi l'Église dit-elle dans le Cantique : J'entends mon frère qui frappe à la porte. Écoute celui qui frappe, écoute celui qui désire entrer : Ouvre-moi, ma soeur, mon épouse, ma colombe, ma parfaite ! Car ma tête est couverte de rosée, mes boucles, des gouttes de la nuit.

Comprends avec quelle force le Dieu Verbe frappe à ta porte lorsque sa tête est couverte de la rosée nocturne. Car il daigne visiter ceux qui sont exposés à l'épreuve et aux tentations, pour qu'ils ne risquent pas d'être vaincus et de succomber à leurs difficultés. Sa tête est donc couverte de rosée ou de pluie quand son corps est dans la peine. C'est alors qu'il faut veiller, de peur que l'Époux, quand il viendra, ne se retire parce que la maison lui sera fermée. Si tu dors, et si ton cœur ne veille pas, il se retire avant d'avoir frappé. Si ton cœur veille, il frappe et il demande qu'on lui ouvre la porte.

Nous savons donc quelle est l'entrée de notre âme, nous savons aussi quelles sont ces portes dont il est dit : Portes, élevez vos linteaux, élevez-vous, portes éternelles, et le Roi de gloire entrera. Si tu veux élever ces portes de ta foi, le Roi de gloire entrera auprès de toi, paré du triomphe de sa passion. La justice aussi a des portes. Car nous lisons à leur sujet ce que Jésus dit par son prophète : Ouvrez-moi les portes de la justice. (..)

C'est donc l'âme qui a une entrée, qui a des portes. Le Christ vient à cette entrée et il frappe, il frappe aux portes. Ouvre-lui donc : il veut entrer, il veut trouver son Épouse éveillée" (1)

Voix de mon Bien-aimé qui frappe à la porte : « Ouvre-moi» ! alléluia !

  • (1) Saint Ambroise,  Sermon sur le psaume 118.

juillet 10, 2018

Dieu est en toi - 13

Dieu n'est pas dans le bruit et l'agitation. Il est dans "le creux d'un silence au coeur de ma vie" (1)

(1) Méditation de l'application "Prie en chemin" du 10/7/18

juillet 03, 2018

Esthétique pascalienne

La contemplation de l'univers est source d'un saut transcendantal. C'est ce que nous dit Hans Urs von Balthasar dans sa lecture de Pascal : « Toutes les grandeurs charnelles ou spirituelles n'ont nul rapport avec l'empire de la sainteté ». (1)
« La figure finie ne peut exister et être compréhensible qu'au sein d'un infini » (2)
Cette découverte à l'heure de celle des pandoravirus et des voyages intergalactiques nous emmène un pas plus loin. L'homme est fini mais Dieu est amour...

L’amour est en toi - 12 - 2 Co 4

Il y a des silences qui nous interpellent. Où es-tu donc mon Dieu ?
« Ne perdons pas courage (...) l'homme intérieur se renouvelle de jour en jour. Car nos détresses d'un moment sont légères par rapport au poids extraordinaire de gloire éternelle qu'elles nous préparent. Notre objectif n'est pas ce qui se voit ; ce qui se voit est provisoire, mais ce qui ne se voit pas est éternel »(1)

À nous de persévérer dans cette nuit qui creuse en nous le désir.

(1) 2 Co 4, 17-18

juin 28, 2018

L’amour est en toi - Irenée de Lyon

Le travail de Dieu en l’homme se fait dans la douceur. Écoutons ce que dit Irenée : « Depuis le commencement, le Fils est l'exégète du Père, puisqu'il est depuis le commencement auprès du Père : au temps voulu, il a montré aux hommes pour leur profit les visions prophétiques, la variété des charismes, ses ministères et la glorification du Père, de façon cohérente et claire : Qui dit cohésion dit harmonie, qui dit harmonie dit temps voulu, et qui dit temps voulu dit profit. C'est pourquoi le Verbe s'est fait le dispensateur de la gloire du Père au profit des hommes pour qui il accomplit de telles économies : ainsi il montre Dieu aux hommes, et présente l'homme à Dieu, tout en préservant l'invisibilité du Père, de peur que l'homme n'en vienne à mépriser Dieu, mais, en même temps, pour qu'il ait toujours des progrès en vue, il rend Dieu visible aux hommes en le montrant par de nombreuses économies, de peur que, totalement privé de Dieu, l'homme cesse d'être. Car la gloire de Dieu, c'est l'homme vivant, et la vie de l'homme, c'est la vue de Dieu. Si la révélation de Dieu par la création donne la vie à tout être vivant sur la terre, combien plus la manifestation du Père par le Verbe donne-t-elle la vie à ceux qui voient Dieu ! » (1)

« Ce n’est pas toi qui te fait, mais Dieu qui te fait. Si tu es l’ouvrage de Dieu, attends tout de sa main : Livre-toi à Celui qui peut te modeler et qui fait bien toutes choses en temps opportun; Quant à toi, ton rôle c’est de te laisser ouvrager. Présente-lui un coeur souple et docile, Livre-toi à lui comme une argile malléable. Ayant en toi l'Eau qui vient de lui, Reçois en toi la forme que le Maître Ouvrier veut te donner. Garde en toi cette humilité qui vient de la grâce,  pour ne pas empêcher le Seigneur d’imprimer en toi la marque de son doigt. C’est en recevant son empreinte que tu deviendras parfait, et seul le Seigneur pourra faire oeuvre d’art avec cette pauvre argile que tu es. En effet, faire est le propre de la bonté de Dieu, et le laisser faire, c’est le rôle qui convient à ta nature d’homme ».


(1) Irenée de Lyon, Contre les hérésies, source AELF, office des lectures du 28 juin.

L’amour est en toi - 11 - St jean de la Croix

On ne peut passer sous silence la question posée par Hans Urs von Balthasar p.64. « Pourquoi l'orientation apostolique reste absente ? (...) où trouve-t-on le prochain dans toute l'œuvre de Jean de La Croix ?  » Quid du « Dieu s'abaissant qui vient dans la chair et la souffrance ? »(1)
La réponse du théologien reste ouverte. L'agape est sous entendue chez Jean de La Croix
Mais il ne faut pas faire abstraction du risque d'une tentation mystique, celle qui nous guette dans tout discours chrétien. Dieu nous emporte dans sa danse mais ne laisse pas sur le chemin les oubliés et les souffrants.

Nos élans mystiques ne portent fruit que s’ils conduisent à une véritable charité.

(1) Hans Urs von Balthasar, La Gloire et la Croix, Styles 2, De Jean de la Croix à Péguy, Paris, Aubier, 1972 p. 64


juin 20, 2018

L'amour est en toi -10 - Saint Augustin

Pour que la semence prenne chair,  il nous faut fermer la porte à toutes les mauvaises herbes.  C'est l'enjeu compliqué de toutes vie intérieure. En écho au livre de François Cassingena Trévédy longuement commenté ici on peut entendre les propos d'Augustin : 
«Jésus dit : « Quand tu pries, entre dans ta chambre ». Quelle est cette chambre sinon le cœur, comme l'indique le psaume où il est écrit : « Ce que vous dites dans votre cœur, regrettez-le dans votre chambre » (Ps 4,5 Vulg). Et, dit-il, « après avoir fermé la porte, prie ton Père dans le secret ». Il ne suffit pas d'entrer dans sa chambre, si la porte reste ouverte aux gens indiscrets : les futilités du dehors s'introduisent furtivement par cette porte et envahissent l'intérieur. Les faits passagers et tangibles pénètrent par la porte, dans nos pensées ; c'est-à-dire une foule de vains fantasmes entre par nos sens et troublent notre prière. Il faut donc fermer la porte, ce qui veut dire résister aux sens, afin qu'une prière toute spirituelle monte jusqu'au Père, jaillie du creux de notre cœur où nous prions le Père dans le secret. « Et votre Père, qui voit dans le secret, te le revaudra »… Le Seigneur n'a pas l'intention de nous recommander de prier mais de nous apprendre comment prier. De même plus haut il ne nous recommandait pas l'aumône, mais l'esprit dans lequel il faut faire l'aumône. Il exige la pureté du cœur que l'on peut obtenir seulement par une intention unique et simple, orientée sur la vie éternelle par un amour de la sagesse unique et pur. (1)

(1) Saint Augustin, Explication du Sermon sur la montagne, 3, 11 (trad. coll. Pères dans la foi, n°5, p. 94 rev.) Source Évangile au quotidien

juin 19, 2018

L’amour est en toi - 9 - la solitude

L'Amour est en toi et cependant t'échappe. Par un petit croquis sur le Christ en croix, saint Jean de la croix nous indique « avec un poids presque écrasant, une troisième idée : celle de la solitude de celui qui marche à la suite du Christ et de l'impossibilité de placer cette œuvre d'imitation sur la même ligne que celle du Christ »(1)

(1) Urs von Balthasar,  GC2.2 ibid. p. 63