juin 20, 2019

Postorale périphérique - 6 - Le malentendu

"Toute rencontre doit nécessairement traverser des malentendus. (...) [comme avec] la Samaritaine: "Donne-moi de cette eau pour que je n'aie plus soif, que je n'aie plus à venir puiser ici" (Jn 4, 15).
Le malentendu dans une rencontre hospitalière peut durer très longtemps, et même être entretenu (...) Le chemin du malentendu, vers une entente passe par l'interrogation, et d'abord une auto-interrogation : la mise en question de soi-même est sans doute la condition ultime d'une rencontre réussie. Je suis interrogé par la présence d'autrui ; et je m'interroge sur mes préjugés, sur mes représentations, sur mes images, en raison de l'incontournable altérité de l'autre" (1)

Quel est l'enjeu ? Probablement cette inversion des rapports, cet effacement souvent prêchée par Jean Vanier dans ses discours sur la fragilité partagée. Elle est loin de tout enseignement d'en haut mais véritable rencontre, apostolat du seuil(2).

(1) Christoph Théobald, Paroles humaines, parole de Dieu, Salvator, 2015, p. 94-95
(2) cf. Pastorale du seuil

Au fil de Matthieu 6,7-15 - Notre Père

En ce temps-là,  Jésus disait à ses disciples : « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s'imaginent qu'à force de paroles ils seront exaucés.
Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l'ayez demandé.
Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour.
Remets-nous nos dettes, comme nous-mêmes nous remettons leurs dettes à nos débiteurs.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du Mal.
Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi.
Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père non plus ne pardonnera pas vos fautes. » Matthieu 6,7-15, Traduction Liturgique de la Bible AELF

Est-ce une prière où une louange ? Un peu des deux nous dit Maxime le Confesseur :
« Celui qui accomplit lui-même les biens et les donne à ceux qui croient en lui et imitent sa conduite dans la chair, (...) , le Verbe [notre Seigneur] a appelé prière cet enseignement qui porte en lui la demande des dons que, par grâce, Dieu accorde aux hommes. Ainsi nos Pères inspirés par Dieu ont exposé et défini la prière en disant que la prière est une demande de ce que Dieu donne naturellement aux hommes comme il lui convient. » (1)

(1) Saint Maxime le Confesseur, Interprétation du Notre Père (Philocalie des Pères neptiques, Tome I ; trad. J. Touraille, Éd. DDB-Lattès 1995, p. 552, rev.)


Claude Hériard
06 26 33 82 85

juin 19, 2019

Symétrie et réciprocité - Christoph Théobald - Amour en toi 36

Symétrie et réciprocité
"En m'exposant à l'autre, en l'accueillant chez moi, dans ma maison, à ma table ou simplement sur le seuil - et si je suis vrai avec moi dans cet accueil-, je suis toujours en attente que l'autre fasse de même. C'est la trame fondamentale qui traverse les Écritures, de la figured'Abraham jusqu'au souper promis ds l'Apocalypse : "Voici je me tiens à la porte et je frappe ; si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui pour souper" (Ap 3,20). Alors la symétrie se transforme en réciprocité : "moi avec lui et lui avec moi". (1)

Je trouve dans ce texte des accents levinassiens. Les grands esprits se rencontrent.

(1) Christoph Théobald, Paroles humaines, parole de Dieu, Salvator, 2015, p. 91
(2) cf. notamment Autrement qu'être et au delà de l'essence

« Quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison » - Amour en toi 35 - Edith Stein

« Quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison »
Tout est un pour ceux qui sont parvenus à l'unité profonde de la vie divine : le repos et l'action, contempler et agir, se taire et parler, écouter et s'ouvrir, recevoir en soi le don de Dieu et rendre l'amour à flots dans l'action de grâces et la louange. (...) Il nous faut pendant des heures écouter en silence, laisser la parole divine s'épanouir en nous jusqu'à ce qu'elle nous incite à louer Dieu dans la prière et le travail.
Les formes traditionnelles nous sont nécessaires aussi et nous devons participer au culte public ainsi que l'ordonne l'Église, pour que notre vie intérieure s'éveille, reste dans la voie droite et trouve l'expression qui lui convient. La louange solennelle de Dieu doit avoir ses sanctuaires sur la terre afin d'être célébrée avec toute la perfection dont les hommes sont capables. De là, au nom de la sainte Église, elle peut monter vers le ciel, agir sur tous ses membres, éveiller leur vie intérieure et stimuler leur effort fraternel. Mais pour que ce chant de louange soit vivifié de l'intérieur, encore faut-il qu'il y ait dans ces lieux de prière des temps réservés à l'approfondissement spirituel dans le silence ; sinon, cette louange dégénérerait en un balbutiement des lèvres dépouillé de vie. C'est grâce à ces foyers de vie intérieure que ce danger est écarté ; les âmes peuvent y méditer devant Dieu dans le silence et la solitude, afin d'être au cœur de l'Église les chantres de l'amour qui vivifie tout. (1)

Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix [Édith STEIN ] La Prière de l'Église (trad. Éds de l'Orante 1955, p. 55)

juin 16, 2019

Homélie de mariage - 5

Il y a des hommes et des femmes qui sont bons par nature, des hommes et des femmes devant qui on a envie de s'agenouiller parce qu'ils respirent la bonté. N. et N. vous êtes de cette race là.
Il y a des gens sur qui, dès le premier regard on sait que quelque chose de l'amour se dit.
N. et N., dès le premier jour, j'ai cru dans la qualité de votre amour. Peut-être était-ce dans la façon dont vous êtes présentés, peut-être est-ce à la qualité de votre sourire qu'il m'a paru évident que quelque chose de l'amour passerait chez vous pour la vie.
Vous avez choisi pour votre mariage, deux beaux textes. La première lecture, tirée du Cantique des Cantiques et l'histoire d'une quête, une quête amoureuse. C'est la quête d'un homme et d'une femme qui se cherchent et se trouvent. Je pense qu'il s'agit un peu de votre histoire, de ce coup de foudre qui vous a fait vous rencontrer il y a plus de 14 ans. Mais ce texte dit aussi autre chose. C'est la quête de Dieu vers l'homme et la quête de l'homme vers Dieu. Et c'est au centre de ces deux quêtes que votre mariage va pouvoir se construire.
Quel est l'enjeu ?
On le trouve à la fin de l’Évangile que vous avez choisi. Il est caché dans le mot « faire une seule chair ». Pourquoi ?
Parce que le mot chair au sens hébreu n'a pas le même sens qu'au sens français, il s'agit d'une "Symphonie".
Elle commence par la rencontre mystérieuse de vos deux êtres mais vous conduit beaucoup plus loin.
Je crois que vous êtes déjà sur ce chemin, N. par ton expérience de pompier, N2. par ta façon d'être une bonne (...). Peut-être aussi par votre manière d'être parents, avec vos charmantes petites filles. Elles sont la chair de votre chair, mais cela va plus loin. C'est dans votre capacité à être bon pour autrui que vous rejoignez cet appel de Dieu pour vous.
Votre amour est symphonique, il est danse... Chacun de vos gestes devient expression de quelque chose qui vous dépasse...
Demeurez dans cette dynamique de l'amour, et Dieu sera à vos côtés. Vous me l'avez glissé, c'est un Dieu protecteur que vous cherchez. Il le sera. C'est une des qualités de Dieu. Et pourtant, il est aussi surprenant, par ses dons comme par son silence qui respecte notre liberté. Il arrive ainsi que parfois, on se demande s'il est vraiment là, surtout quand le mal nous frappe à la figure sous toutes ses formes. N1., tu en as fait l'expérience chez les pompiers. Et pourtant, cette absence apparente n'est qu'illusion. S'il se retire, s'il semble absent, c'est souvent parce qu'il sait que vous pouvez être là, des instruments de son amour, les mains de Dieu.
Au plus fort du mal, dans les camps de la mort, une jeune juive du nom d'Etty Hillesum écrivait presque avec son sang : « j'ai compris l'essentiel, Dieu a besoin de nos mains ».
N. et N., Dieu a besoin de vos mains, de cet amour débordant et généreux qui vous caractérise pour être signe pour les hommes et les femmes qui n'ont plus le goût de la vie, qui ont perdu la voie vers le bonheur véritable...signe que l'amour est plus grand que la mort, comme le suggère la fin de votre première lecture.
Il faut comprendre que cette dernière a été écrite bien avant le Christ et que c'est finalement dans ce Dieu mort sur une croix que nous comprenons la quête et la fin de ce poème.
En suivant les pas du Christ dont l'amour est plus grand que la mort, votre amour sera alors ce qu'il est appelé à devenir vraiment : signe, sacrement, lumière, sel pour les autres. Cultivez cela. Entrez dans cette quête perpétuelle ! Il n'y a pas de limite à l'amour c'est le chemin d'une vie, c'est le sens des mots que vous allez prononcer maintenant.
Dans l'échange que vous allez prononcer se cache un « je me donne à toi » et cela dit l'essentiel.
Quand on donne on ne compte plus... on est porté par le don, on est transformé par le don....

juin 14, 2019

Solitude périphérique, effacement et espérance - 5


Nous arrivons à la confluence entre deux sujets déjà développés dans ces pages entre les questions de périphérie et d'effacement. Comme souligne Christoph Theobald (1) en citant Lumen Gentium : « dans ces communautés, même si souvent elles sont petites et pauvres ou vivent la dispersion, est présent le Christ, par la vertu duquel s'assemble l'Église une, sainte et apostolique». LG26.

Même si la dimension cléricale et institutionnelle de l'église est amenée à baisser, voire disparaître (peut-on rêver ?) c'est peut-être là, dans ses périphéries humbles et parfois effacées que le Christ peut rester vivant, rayonner et redonner à l'Église sa fonction et dynamique sacramentelle(2), première et en cela véritablement évangélique. 

L'enjeu est de reconstruire sur l'essentiel : la communauté de base, vivant autant que possible l'Evangile au quotidien loin des positions souvent pharisiennes d'une institution qui en ne cessant de se cléricaliser n'ont cessé de tuer l'esprit du christianisme tel que cherche à le décrire J. Moingt dans son livre éponyme (cf. par ailleurs - ou sa thèse plus ancienne in L'Évangile sauvera l'Église).
Est-ce accessible? Pas humainement mais par le travail de l'Esprit dans les cœurs, en s'effaçant encore plus devant la volonté du Père, kénose de l'Église qui entre en résonance avec la kénose trinitaire. Un chemin ardu mais source de la réelle évangélisation, celle qui agit dans l'intérieur de l'homme.

"L'unité du genre humain ne [passera pas] par la construction d'une civilisation mondiale, elle viendrait, ici et maintenant, dans la plus humble des rencontres... (...) l'Église naît où la foi s'engendre (...) capacité d'un être à faire crédit à la vie, à rester debout", engendrement fragile à l'image de cette naissance évoquée plus haut. (3)




(1) Christoph Théobald, Paroles humaines, parole de Dieu, Salvator, 2015, p. 71
(2) cf. mon livre éponyme 
(3) Christoph Théobald, ibid. p. 73

Au fil de l’Apocalypse, 16ss - De l’effacement à l’engendrement 4 - Christoph Théobald

Poursuivons notre lecture (1) à l'aune de nos travaux sur la violence (2) : l'unique signe qui nous est donné quand nous traversons une crise extrême et radicale (...) c'est la non violence absolue de la vie fragile, celle de l'enfant qui naît face à la bête. C'est à partir de ces deux signes - la violence absolue et la vie qui continue à s'enfanter - que les cinq autres signes se décodent. Dans cette situation limite, il s'agit bien d'une expérience de Révélation. Une relation à la fois individuelle et collective avec le Christ est ici en jeu. Le collectif revient continuellement, et l'on voit ainsi combien il est difficile d'avoir du discernement et l'intelligence des situations (...) le mal ne durera pas. Il est dans une telle auto contradiction qui se brise de lui-même. Et le problème de l'homme, au fond, est qu'il se laisse fasciner par le mal et lui donne son pouvoir. Le mal n'est rien, d'une certaine manière : une fois que l'homme a découvert cela, grâce à ses capacités d'écoute et discernement, le mal implose.» (...) c'est l'aspect le plus consolant du livre de l'Apocalypse : susciter, vivifier en nous les forces de résistance intérieure, pour sortir, en traversant l'imaginaire, de la fascination qu'exerce le pouvoir, l'argent, la bestialité ; finalement, le mal lui-même. (...) [L'apocalypse] nous met devant une responsabilité ultime : au fond, seul le martyr, celui qui ouvre la porte, et la foule anonyme de ceux qui suivent l'Agneau peuvent crédibiliser ultimement la venue effective du Seigneur. Personne ne peut le dire à la place d'un autre. Tel est le message, l'effet du Livre. De ce point de vue-là, le temps de la fin est pour maintenant – si quelqu'un ouvre…(1)

Que nous dit Theobald ? Face au mal, la porte s'ouvre par l'effacement, le martyr, seules brèches qui brise le mal de l'intérieur...

Est-ce là où Christoph Théobald rejoint ses propos sur la pastorale de l'engendrement ?

Il y a pour moi une correspondance qui rejoint les débats actuels sur l'évangélisation : face à un monde déboussolé la porte qui conduit au discernement, la faille, comme le suggérait Danielou est dans ce qui implose le mal de l'intérieur : la naissance, l'amour et la mort. La pastorale de l'engendrement peut "pousser la porte" dans ces expériences où l'homme devient fragile.

(1) Christoph Théobald, Paroles humaines, parole de Dieu, Salvator, 2015, p. 66
(2) cf. mon livre "Dieu n'est pas violent"

Au fil de l’Apocalypse 6 - De l’effacement à l’espérance 3 - Christoph Théobald

Par son interprétation de l'Apocalypse (1), Christoph Théobald nous introduit à une lecture dynamique de la révélation qui va de l'Agneau immolé au cheval blanc. Qu'est-ce à dire ? La victoire de la Croix est à lire dans l'espérance de la victoire finale. 

L'effacement fait partie de la lutte, sans pharisaïsme ou fausse illusion.

"Alors j'ai vu : quand l'Agneau ouvrit l'un des sept sceaux, j'entendis l'un des quatre Vivants dire d'une voix de tonnerre : « Viens ! » Alors j'ai vu : et voici un cheval blanc ; celui qui le montait tenait un arc, une couronne lui fut donnée, et il sortit vainqueur, pour vaincre à nouveau." (Ap 6, 1-2)
Il est, comme le souligne Theobald, le "Verbe de Dieu" Ap 19, 13 :  Puis j’ai vu le ciel ouvert, et voici un cheval blanc : celui qui le monte s’appelle Fidèle et Vrai, il juge et fait la guerre avec justice. Ses yeux sont comme une flamme ardente, il a sur la tête plusieurs diadèmes, il porte un nom écrit que nul ne connaît, sauf lui-même.Le vêtement qui l’enveloppe est trempé de sang, et on lui donne ce nom : « le Verbe de Dieu ».de Dieu ». (Ap 19, 11-13)
(1) cf. Christoph Théobald, Paroles humaines, Parole de Dieu, Salvator, 2015, p. 63

juin 10, 2019

Effacement 2 - Joseph Moingt

Nouvelles correspondances entre ces lectures de Christoph Théobald et de Moingt : « nous devons revenir à l'Évangile de Jésus pour désaliéner l'annonce du salut et comprendre qu'elle enjoint aux chrétiens de partager les espoirs temporels de tout leurs frères humains et de prendre en charge avec eux l'avenir sur terre de l'humanité. La mission n'est pas d'attirer le monde, elle est d'aller à lui ». (1)

Quelle est l'enjeu de cet effacement ?
Ne pas se positionner en maître mais bien, comme le dit Christoph Théobald, écouter, entendre le bruit du monde, s'effacer devant la rumeur, la rejoindre, souffrir à ses côtés, car telle est la voie de notre Seigneur...

Une pastorale de l’enfouissement ou de l’engendrement ? Les termes doivent irriter certains. Et pourtant, dans une ère post-cléricale, c’est un serpent de mer qui ressurgit, peut-être parce qu’il est proche de la pastorale même de Jésus sur les chemins d’Emmaüs...

Personnellement il me ravit... On pourra relire sur ce point les propos de Rondet...

(1) Joseph Moingt, L'esprit du christianisme, Paris, Temps présent, 2018, p. 28

L’effacement du Fils - Christoph Théobald - kénose n. 163

Au bout du chemin, on parvient à une chose remarquable : « celui qui est en face – le Christ Jésus s'efface. C'est toute la logique des récits évangéliques. Tout commence ainsi : « suis moi », ou chez Paul : « Imitez- moi. » On s'attache à lui, Christ, Parole de Dieu, par une sorte de « fascination », de « séduction d'amour » ; mais si l'on va jusqu'au bout de cette relation avec lui, il nous conduit ailleurs. Il ne s'attache pas aux gens. Le suivre c'est un sens aller là où il s'efface dans le mystère pascal : « il est bien que je m'en aille » (Jean 16,7). C'est dans la tradition chrétienne, un seuil que nous avons du mal à passer, car beaucoup occupe la « place du Christ », qu'il s'agisse des accompagnateurs, des supérieurs, de l'autorité ecclésiale. Saint Augustin nous dit que, s'il faut écouter la parole des maîtres, celle-ci ne peut être autant assimilé à la Parole de Dieu. Les maîtres autour de nous renvoie à l'Unique Maître qui, lui, passe en nous. Il s'efface, je l'ai dit, tout en nous renvoyant à quelqu'un d'autre, à notre origine, à la Parole de Dieu, au Père. c'est une expérience que j'appelle d'inversion, et qui est peut-être le seuil essentiel de l'expérience d'écoute. (…) On ne regarde plus vers Dieu, mais on se voir regardé par Dieu : « dans ta lumière, nous voyons la lumière » (Ps 36,10). Regarder le réel de ses propres yeux avec les yeux de Dieu, c'est approcher de manière radicalement nouvelles les limites des choses – les souffrances, les tragédies –, mais aussi la beauté des hommes et de la création ». (1)

On rejoint peut-être cet agenouillement de Jean 13 qui nous pousse à l'agenouillement devant l'homme. L'inversion (Christoph Théobald ne parle pas de kénose - mais c'est bien de cela qu'il s'agit) nous fait perdre toute tentation cléricale pour se mettre à l'écoute du Verbe incarné dans l'homme, de la Parole de Dieu qui transparait dans la dynamique propre de sa création et fait jaillir devant nous des fruits inattendus...

Écouter, sentir, contempler. Tels sont les fruits à atteindre d'un effacement à la suite du Christ... Danse trinitaire à laquelle on est invité dans la spirale folle de la triple kénose où Dieu se tait pour laisser place à l'Esprit enfoui dans le coeur de l'homme ?

(1) Christoph Théobald, Paroles humaines, parole de Dieu, Salvator, 2015, p. 24-25

juin 09, 2019

Viens Esprit Saint - Esprit de Pentecôte

Pendant 40 jours nous nous sommes préparés à vivre la semaine sainte, puis pendant 40 jours nous avons accompagné le Ressuscité, en goûtant, jour après jour l'évangile de Jean. 
« Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole ; mon Père l'aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. (...) Or, la parole que vous entendez n'est pas de moi : elle est du Père, qui m'a envoyé. Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ; mais le Défenseur, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ce n'est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre cœur ne soit pas bouleversé ni effrayé. Vous avez entendu ce que je vous ai dit : Je m'en vais, et je reviens vers vous. Si vous m'aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi. Je vous ai dit ces choses maintenant, avant qu'elles n'arrivent ; ainsi, lorsqu'elles arriveront, vous croirez. » (Jn 14, 15-29)
« Quand il viendra, lui, l'Esprit de vérité,
il vous conduira dans la vérité tout entière.
En effet, ce qu'il dira ne viendra pas de lui-même :
mais ce qu'il aura entendu, il le dira ;
et ce qui va venir, il vous le fera connaître.
Lui me glorifiera,
car il recevra ce qui vient de moi
pour vous le faire connaître.
Tout ce que possède le Père est à moi ;
voilà pourquoi je vous ai dit :
L'Esprit reçoit ce qui vient de moi
pour vous le faire connaître. »(1)

Et voici qu'à l'Ascension nous méditons son départ et l'arrivée du Paraclet. Le défenseur est le don de Dieu par excellence, l'Esprit qui va animer et infuser notre vie chrétienne depuis la Pentecôte jusqu'au Christ Roi. La liturgie nous donne des temps à méditer et contempler pour chaque jour et pourtant, comme le dit saint Augustin, « Il est là et je ne le savais pas ». Laissons nos coeurs s'emplir de cette Présence silencieuse qui nous accompagne sur nos chemins, marche avec nous, et se reconnaît tous les dimanches à la Fraction du Pain. Ouvrons nos coeurs à l'Esprit de Pentecôte. 
« L'homme n'est rien pour lui-même, mais il est beaucoup avec l'Esprit Saint. L'homme est tout terrestre et tout animal ; il n'y a que l'Esprit Saint qui puisse élever son âme et le porter en haut.
Comme ces lunettes qui grossissent les objets, le Saint-Esprit nous fait voir le bien et le mal en grand. Avec le Saint-Esprit, on voit tout en grand : on voit la grandeur des moindres actions faites pour Dieu, et la grandeur des moindres fautes. Comme un horloger avec ses lunettes distinguent les plus petits rouages d'une montre, avec les lumières du Saint-Esprit nous distinguons tous les détails de notre pauvre vie. »(1)

Nous aussi, en nous-mêmes, nous gémissons ; nous avons commencé à recevoir l'Esprit Saint, mais nous attendons notre adoption et la rédemption de notre corps.
24 Car nous avons été sauvés, mais c'est en espérance ; voir ce qu'on espère, ce n'est plus espérer : ce que l'on voit, comment peut-on l'espérer encore ?
25 Mais nous, qui espérons ce que nous ne voyons pas, nous l'attendons avec persévérance.
26 Bien plus, l'Esprit Saint vient au secours de notre faiblesse, car nous ne savons pas prier comme il faut. L'Esprit lui-même intercède pour nous par des gémissements inexprimables.
27 Et Dieu, qui scrute les cœurs, connaît les intentions de l'Esprit puisque c'est selon Dieu que l'Esprit intercède pour les fidèles.(3)

« Voilà pourquoi aussi le Seigneur a promis de nous envoyer le Paraclet, qui nous adapte à Dieu. En effet la farine sèche ne peut sans eau devenir une seule pâte, pas davantage nous tous, ne pouvions devenir un en Jésus Christ sans l'eau qui vient du ciel. La terre aride, si elle ne reçoit pas d'eau, ne fructifie pas ; ainsi nous-mêmes, qui d'abord étions du bois sec, nous n'aurions jamais porté le fruit de la vie, sans l'eau librement donnée d'en haut. Ainsi nos corps ont reçu par l'eau du baptême l'unité qui les rend incorruptibles ; nos âmes l'ont reçue de l'Esprit. ~
L'Esprit de Dieu descendit sur le Seigneur, Esprit de sagesse et d'intelligence, Esprit de conseil et de force, Esprit de science et de piété, Esprit de crainte de Dieu. À son tour le Seigneur l'a donné à l'Église, en envoyant des cieux le Paraclet sur toute la terre, là où le diable fut abattu comme la foudre, dit le Seigneur.
Ainsi cette rosée de Dieu nous est bien nécessaire pour n'être point consumés ni rendus stériles, et pour que là où nous avons l'accusateur, là nous ayons le Défenseur : car le Seigneur a confié à l'Esprit Saint l'homme qui est sien, cet homme qui était tombé aux mains des brigands. Il en a eu pitié et a pansé ses blessures, lui donnant deux pièces à l'effigie du Roi, pour qu'ayant reçu par l'Esprit l'image et le sceau du Père et du Fils, nous fassions fructifier la pièce qu'il nous a confiée, et la rendions multipliée au Seigneur.(4)
Viens Esprit Saint !
Viens embraser nos cœurs !
« Esprit de Dieu, tu es le feu,
Patiente braise dans la cendre,
A tout moment prête à surprendre
Le moindre souffle et à sauter
Comme un éclair vif et joyeux
Pour consumer en nous la paille,
Eprouver l'or aux grandes flammes
Du brasier de ta charité.

Esprit de Dieu, tu es le vent,
Où prends-tu souffle, à quel rivage?
Élie se cache le visage
A ton silence frémissant
Aux temps nouveaux tu es donné,
Soupir du monde en espérance,
Partout présent comme une danse,
Eclosion de ta liberté.

Esprit de Dieu, tu es rosée
De joie, de force et de tendresse,
Tu es la pluie de la promesse
Sur une terre abandonnée.
Jaillie du Fils ressuscité,
Tu nous animes, source claire,
Et nous ramènes vers le Père,
Au rocher de la vérité. »(5)
« tu t'avances sur les ailes du vent ; tu prends les vents pour messagers » (Ps 103)
Viens souffle imprévisible 
(1) Jean 16, 14-15
(2) Saint Jean-Marie Vianney, Esprit du Curé d'Ars dans ses Catéchismes, ses Sermons, ses Conversations. (Abbé Monnin, Eds. Tequi 2007, p. 61-63 ; rev.)
(3) Romains 8, 23-27
(4) Irénée de Lyon, Traité sur les hérésies 
(5) Hymne de l'office des lectures source AELF 


juin 08, 2019

Baptêmes 10 à 14 - Homélie du 8/6/19 - Ezéchiel 36 et 47, Jn 9

Extrait

Quelle est la trame des trois textes que nous venons de lire ? C'est l'eau !
L'eau qui abreuve, nourrit, purifie.

Le baptême a, parmi ses principaux sens, une dimension double de purification et de vie.

Plonger dans l'eau c'est, symboliquement, se débarrasser de nos addictions et se relier à la vie qui vient de Dieu. Se dépouiller et se revêtir, mourir et renaître.

Quel est l'enjeu pour ces enfants que nous allons baptiser ?
Le baptême est le début d'un long chemin où ces enfants vont prendre conscience de l'amour inouï de Dieu pour l'homme, de ce fleuve jaillissant du coeur de Dieu, ce que Jean fait jaillir symboliquement du coeur transpercé de Jésus.

Le texte d'Ezechiel 47 évoque lui aussi tout particulièrement cette fontaine jaillissante et pour nous chrétiens il y a là comme une prophétie de ce cœur transpercé de Jésus mort pour nous sur la croix et source d'amour infini pour l'homme.

C'est dans cette correspondance que le baptême de Jésus prend sens.


Baptême 9 - Homélie du 8/6/19 - 1 Corinthiens 12 et Marc 10, 13-16

Les textes que vous avez choisis sont apparemment très différents et en ce sens interpellent. Commençons par l'évangile, le plus simple, en apparence parce qu'il parle de l'enfant, parce que Jésus le met au centre. Pourquoi ?
probablement pour deux raisons qui doivent rejoindre votre quête personnelle : le don de l'enfant, ce petit être fragile et pur, nous éveille à l'infini du don de Dieu. Et mettre l'enfant au centre, c'est pour Jésus réveiller en nous cette ouverture du coeur. Oui votre enfant est don de Dieu. Il vous éveille à ce qu'il y a de plus beau - l'amour infini du Père et c'est peut-être là qu'on saisit ce que nous dit la première lecture : la beauté du don de Dieu est la porte vers un mystère plus grand, celui de l'unité visée par lui. 
Nous avons été baptisés pour former un seul corps. Pas dans le sens d'une uniformité mais d'une danse amoureuse : nous sommes appelés à faire une seule chair, non au sens charnel mais symphonique.
Votre couple, par le mystère joyeux de la chair a donné naissance à cet enfant et c'est par lui que votre amour va progresser vers l'Amour avec un grand A...
Le baptême s'inscrit dans cette dynamique. En emmenant votre fils à rejoindre l'Église, vous participez au projet du Royaume. Cela suppose de ne pas vous arrêter là.... 
Ce premier pas est le début d'un long chemin où votre enfant est appelé à prendre conscience de cet amour inouï de Dieu pour l'homme.
Pour cela il a besoin de vous, parrain et marraine, parents, mais aussi de vous tous ici présents qui vous êtes déplacés pour venir à ce baptême. Ce que nous allons signifier par des gestes ne représente rien si vous ne mettez pas chacun votre petite pierre pour transformer cet enfant en signe visible de l'amour. Il a besoin de vous, de votre amour pour rayonner de l'amour.
Sa première naissance est une naissance de chair, il a besoin d'aller plus loin, de quitter ce qui l'enferme dans des addictions, dans le mal avec un grand « M » et pour cela il a besoin de l'aide de Dieu et de l'aide de la communauté. De la communauté familiale, de la communauté chrétienne. Comme je le disais le baptême symbolise la traversée de la mort, la traversée de tout ce qui nous empêche d'aimer. Dans ce plongeon dans l'eau on se purifie de ce qui nous empêche d'avancer, mais ce chemin pour aller plus loin ne fonctionnera qu'à trois conditions : 
La première, qui conditionne toutes les autres et que chacun à sa manière vienne aider l'enfant à devenir plus aimant.
La deuxième et que vous puissiez l'introduire à la contemplation de l'amour dans sa manifestation la plus explicite : je parle de Jésus-Christ, celui qui a été jusqu'à mourir pour nous.
La troisième et que pour cela vous preniez tous les moyens pour l'éduquer dans la foi.
Parrain marraine, X.Y. vous avez été désignés par les parents pour aider N, à avancer sur ce chemin. S'il vous ont choisi, si Dieu vous a choisi, c'est parce qu'il y a quelque chose en vous qui signifie l'amour. Et cet amour qui est en vous, qui vous habite et qui fait que vous avez été choisis entre tous, votre responsabilité est de le transmettre, de faire fructifier ce que l'enfant à en lui, de rallumer la flamme qui dort, d'accompagner chaque enfant vers l'autonomie en amour. Cela ne va pas consister à gâter l'enfant, mais au contraire à lui faire trouver l'essentiel, ce qui est véritablement amour et l'amour est autre chose que des cadeaux matériels, c'est ce qui est le plus compliqué, le plus intime, c'est la capacité de se donner. Ce que le Christ seul a vraiment réussi.
Parfois les parents n'auront pas cette force parce qu'ils seront traversés, eux aussi, par des crises (après 32 ans de mariage je parle en expert). Votre responsabilité sera d'autant plus grande qu'ils vous auront choisis. Et je ne parle pas des drames qui peuvent arriver et que je n'espère pas, où là, votre responsabilité sera entière. Le baptême ne s'arrête pas aujourd'hui.
C'est le chemin d'une vie.
Quand viendra le temps, votre enfant demandera alors à recevoir en lui le corps du Christ.  Il deviendra alors temple du Seigneur, porte Christ. Pour cela vous avez vous aussi à avancer, à devenir temple de Dieu, pour signifier par votre vie que Dieu est source, chemin et amour. 

juin 07, 2019

Don de Dieu - Esprit de Pentecôte - Saint Hilaire - Amour en toi

« Quant au don qui réside dans le Christ, il est toujours le même pour tous ; et puisqu'il ne manque jamais, il est donné à chacun autant qu'il veut en profiter ; il réside en chacun autant qu'il veut l'obtenir. Ce don demeure avec nous jusqu'à la fin du monde, il nous réconforte dans notre attente ; il est un gage, par l'activité de ses bienfaits, de ce que nous espérons pour l'avenir, il éclaire les esprits, il illumine les cœurs. » (1)
Il est comme ce fleuve débordant du Temple auquel Ezéchiel fait mention dans son chapitre 47 : « 01 L'homme me fit revenir à l'entrée de la Maison, et voici : sous le seuil de la Maison, de l'eau jaillissait vers l'orient, puisque la façade de la Maison était du côté de l'orient. L'eau descendait de dessous le côté droit de la Maison, au sud de l'autel.
02 L'homme me fit sortir par la porte du nord et me fit faire le tour par l'extérieur, jusqu'à la porte qui fait face à l'orient, et là encore l'eau coulait du côté droit.
03 L'homme s'éloigna vers l'orient, un cordeau à la main, et il mesura une distance de mille coudées ; alors il me fit traverser l'eau : j'en avais jusqu'aux chevilles.
04 Il mesura encore mille coudées et me fit traverser l'eau : j'en avais jusqu'aux genoux. Il mesura encore mille coudées et me fit traverser : j'en avais jusqu'aux reins.
05 Il en mesura encore mille : c'était un torrent que je ne pouvais traverser ; l'eau avait grossi, il aurait fallu nager : c'était un torrent infranchissable.
06 Alors il me dit : « As-tu vu, fils d'homme ? » Puis il me ramena au bord du torrent.
07 Quand il m'eut ramené, voici qu'il y avait au bord du torrent, de chaque côté, des arbres en grand nombre.
08 Il me dit : « Cette eau coule vers la région de l'orient, elle descend dans la vallée du Jourdain, et se déverse dans la mer Morte, dont elle assainit les eaux.
09 En tout lieu où parviendra le torrent, tous les animaux pourront vivre et foisonner. Le poisson sera très abondant, car cette eau assainit tout ce qu'elle pénètre, et la vie apparaît en tout lieu où arrive le torrent.
10 Alors des pêcheurs se tiendront sur la rive depuis Enn-Guèdi jusqu'à Enn-Églaïm ; on y fera sécher les filets. Les espèces de poissons seront aussi nombreuses que celles de la Méditerranée.
11 Mais ses marais et ses bassins ne seront pas assainis : ils seront réservés au sel.
12 Au bord du torrent, sur les deux rives, toutes sortes d'arbres fruitiers pousseront ; leur feuillage ne se flétrira pas et leurs fruits ne manqueront pas. Chaque mois ils porteront des fruits nouveaux, car cette eau vient du sanctuaire. Les fruits seront une nourriture, et les feuilles un remède. »
(1) Saint Hilaire, Traité sur la Trinité, source office des lectures AELF, 7eme vendredi de Pâques 

juin 06, 2019

Solitude périphérique - 3

L'enjeu est d'aller au bout du monde à la recherche de ceux qui ne croient plus en Dieu, qui souffrent, qui souffrent sans comprendre. Tel est l'enjeu d'une pastorale du seuil (1) véritable. Le rite n'a pour eux plus aucun sens et pourtant ils sont demandeurs de quelque chose. Quelque chose à trouver, à travailler, à faire naître, à faire revivre.

Comment accueillir ces quêtes, ces peurs, ces besoins de reconnaissance, de bénédictions, de rassemblements, de liturgie qui sont étrangères à tous nos rites et pourtant friands de rituel...

Comment entendre, écouter, faire naître et jaillir, sans imposer, juger, réduire, comparer.

Quelle kénose ? Quelle diaconie ?

Ce ne sont probablement pas les mots qui touchent, mais autre chose, le regard, l’attention, l’écoute, la capacité à les rejoindre comme ils sont...

Le champ reste à labourer et la terre est souvent desséchées, les graines sont en attente, semences dû Verbes enfouies et prête à s’abreuver à la source vive d’un Amour oublié...



(1) cf. mon livre éponyme