septembre 01, 2019

Homélie de mariage n.9 - Cantique 2 et Genèse…

Notes pour un mariage célébré le 31/8

A - Texte d'accueil
Bonjour,
Nous sommes ici réunis dans un écrin particulier, cette belle église de S., que je découvre avec beaucoup d'entre vous.
Nous sommes venus pour contempler un mystère, qui éclaire le monde depuis qu'il est notre monde.
Nous sommes venus pour célébrer l'amour d'un homme et d'une femme, prêt à s'unir pour l'éternité... Il y a d'autres amours, d'autres façon d'aimer, à commencer par l'amour d'une mère pour son enfant... Mais aujourd'hui, c'est de mariage que nous allons parler. Et ce mariage a quelque chose à dire sur l'amour en général.
Par vos textes choisis aujourd'hui, V et J. vous allez nous transporter plus de 2500 ans en arrière, dans ce qu'on appelle les textes « sapientaux » (les textes de sagesse) où le peuple hébreu, à son retour d'exil, nous donne une lecture non pas historique de la création et du monde, mais une lecture spirituelle, c'est-à-dire une forme de mythe idéal. Un mythe ?
Plus qu'un mythe... Une direction... Une prophétie... disait Irénée, un Père de l'Église au 2ème siècle. Les deux lectures (le cantique des cantiques et le deuxième chapitre de la Genèse évoqués dans l'évangile de Marc (9) sont écrits environ 500 ans avant JC. Ils nous conduisent à méditer ce que nous cherchons tous...
Aimer... Aimer jusqu'au bout... Aimer plus que tout...
Alors entrons dans cette célébration dans le silence.
Au début du chapitre 2 de la Genèse, évoqué dans l'évangile, l'homme découvre la femme et pousse un cri. En Hébreu, le mot est waouh..
Aujourd'hui, V. tu es en droit de dire Whaoouu... Et moi, jeune diacre, marié depuis 33 ans bientôt, je m'agenouille devant ton cri intérieur, comme beaucoup d'entre nous, parce que ce cri du cœur est une interpellation à aimer jusqu'au bout. C'est aussi une invitation à louer Celui qui est à l'origine de tout cela... Celui qui ne figure pas dans votre liste d'invités, mais qui est là à vos côtés. Entrons dans le silence...

B- Homélie
Comme je l'évoquais dans mon mot d'accueil je m'agenouille devant le mystère de votre rencontre, devant ce qui s'annonce, quelque chose de grand, d'immense.,.
votre couple s'est forgé dans un métal précieux. Tu le disais toi-même Valentin, vous avez construit un trésor d'une grande qualité, comme un diamant qui se prépare à l'éternité.

Que dire face à cela ?
Trois mots peut-être : courir quitter et chair
Et Deux lettres J V... comme les premières lettres de vos prénoms...
trois mots et deux lettres qu'on trouve dans les deux lectures pas forcément dans le bon ordre.

I - courir

Je vous souhaite de tout mon cœur de continuer dans cette lancée, d'entrer dans cette course infinie où l'un et l'autre allez pouvoir être le meilleur de vous-même et le meilleur à deux, pour porter au monde ce qui vous habite, pour entrer dans une fécondité toute particulière.

Ii- 3 verbes

Votre mariage est le début ou plutôt la poursuite d'une grande saga. Comme je l'évoquais, plusieurs séries de verbes évoquent pour moi ces directions que vous aller prendre.

III - Quitter

Quitter ses parents, me semble déjà bien entamé pour vous. Mais ce concept est central dans la Bible. On le retrouve au delà du deuxième chapitre de la Genèse, notamment dans l'orde donné à Abraham par Dieu. « va quitte ton pays, [tes certitudes] »... Pour illustrer cela je vous donne un petit exemple. Quand j'ai épousé Daniele elle buvait du chocolat et.moi du thé. Quelques années plus tard, c'était l'inverse...L'exemple est très matériel par rapport à l'enjeu.
Quitter c'est s'ouvrir à l'autre...
Quitter un éventuel repli sur soi, une tour solitaire, descendre de votre tour, vous disais-je déjà il y a six mois, écouter, attendre. C'est le chemin d'une vie... je reviendrai là dessus....


IV - Faire silence

Le deuxième point fortement lié au premier est de faire silence, entendre la musique de l'autre, des autres, de Dieu...?

V - Une seule chair

Le troisième stade serait de danser, faire une seule chair...
Le mot hébreu est plus vaste que ce que l'on ne l'entend dans la langue française : il signifie pour moi symphonie. Chacun de vos talents doit s'harmoniser pour entrer dans la danse. Et je ne parle pas seulement de vos corps mais de votre être.

La rencontre, la danse des corps est importante car elle est source de joie.

Le pape Jean Paul II en parlant de la rencontre des corps évoquait le mot de liturgie, c'est à dire que dans vos rencontres les plus intimes se joue un deuxième niveau, immense, une joie contagieuse et qui vous dépasse...

Pourquoi ?

Parce que Dieu est là, au milieu de votre danse la plus intime, en vous donnant l'un à l'autre, il est le grand donateur qui s'efface dans votre joie. Ce don est immense et en même temps respectueux de votre liberté. il est au cœur de votre amour, non pour l'enfermer mais pour le dilater, le rendre fécond.

Faire une seule chair est plus grand encore.

Vous m'avez dit que vous n'excluiez pas d'avoir des enfants. La chair de votre chair... Je m'en réjouis et je serai là si vous voulez les baptiser ;-)

Mais l'enjeu de faire une seule chair est plus vaste.

Faire une seule chair, c'est donner naissance à la joie, à la vie, être semence de vie, d'éternité, rayonner de votre amour, devenir signe, joie contagieuse pour vos enfants présents et à venir. Joie aussi pour le monde. Communion généreuse qui se nourrit de vos rencontres les plus intimes et les transcendent...

VI - Courir 2.O

J'en reviens au verbe courir. Le bien aimé courre vers l'objet de son désir (Cantique 2) mais l'enjeu est plus large : monter... grimper, courir, c'est à dire s'inscrire dans une course vers l'amour, entrer dans une dynamique qui dépasse largement l'aujourd'hui de votre mariage car c'est l'enjeu de votre vie. Se laisser saisir par l'amour (cf. Philippiens 3), embraser votre entourage de votre joie... Que votre union devienne feu, buisson ardent, lumière pour le monde, c'est à dire signe...

Julie, tu l'exprimais à ta manière, votre fécondité sera quelque chose de plus large que la seule fécondité charnelle, que les enfants que vous attendez, parce que l'amour qui vous habite vaut la peine d'être vécue, parce que l'amour est plus fort que la mort parce que l'amour qui vous vient de Dieu et qui vous portera peut-être à Dieu est le coeur, l'essence même de votre union.

Valentin, tout cela s'inscrit entre liberté et don... Il y'a une articulation à découvrir entre la joie de recevoir et la prise de conscience que ce don vient d'un donateur qui s'efface....

Dans votre course vous serez signe efficace, c'est-à-dire « sacrement » d'un amour plus grand...

VI - le « V » et le « J »

Ce mouvement s'inscrit dans un V...
Descendre de sa tour, quitter ses certitudes pour remonter à deux, en communion...

Ce mouvement en théologie s'appelle la kénose. Il s'est dessiné en « J », Jésus, le Christ...
« Le Christ Jésus, ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement
le rang qui l'égalait à Dieu. Mais il s'est anéanti, (en grec ekenosen) prenant la condition de serviteur. Devenu semblable aux hommes, reconnu homme à son aspect, il s'est abaissé, devenant obéissant jusqu'à la mort, et la mort de la croix.
C'est pourquoi Dieu l'a exalté : il l'a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom » (lettre de saint Paul aux Philippiens 2, 7-10)

Le Christ Jésus est votre chemin. Il sera là à vos côtés. Il vous donnera la force (les chrétiens appellent cela la grâce) d'avancer, si vous l'invitez à demeurer chez vous. Car le mariage est aussi parfois une épreuve, « impossible à l'homme, mais possible avec Dieu » (cf. Mat 19), source de tout amour et chemin d'un amour qui va jusqu'au bout...

(1) cf. Cantique des cantiques, mais aussi un thème repris par Grégoire de Nysse dans la vie de Moise et mon livre éponyme
(2) sur ce point voir mes travaux sur la dynamique sacramentelle


Claude Hériard
06 26 33 82 85

Aucun commentaire: