décembre 15, 2019

Homélie du 22/12/19 - 4eme dimanche de l’avent - Année À - Matthieu 1

Projet 2 - voir plus haut le projet 3
----
Quel est l'enjeu de ces quatre lectures que la liturgie nous propose à quelques jours de Noël ?

Peut être une interpellation : celle qui nous conduit à recevoir ce Dieu qui sauve...
Puis une contemplation : celle des pas de Dieu vers l'homme

Interpellation donc :
Nous allons fêter Noël. Mais la fête qui se prépare n'est rien si nous n'allons à l'essentiel : accepter ce Dieu qui sauve...

Quel enjeu pour nous ?
Il nous est donné par le psaume :
L'homme au cœur pur, aux mains innocentes,
qui ne livre pas son âme aux idoles.
obtient, du Seigneur, la bénédiction,
et de Dieu son Sauveur, la justice.


L'enjeu de l'avent est de purifier notre cœur pour accueillir véritablement, je dirais même virginalement la venue de Dieu en nous.

C'est dans l'entretien de Jésus avec Nicodème que nous trouvons la clé de lecture de ces textes.

«Jésus lui répondit: «Oui, je te le déclare, c'est la vérité: personne ne peut voir le Royaume de Dieu s'il ne naît pas de nouveau.» Nicodème lui demanda: «Comment un homme déjà âgé peut-il naître de nouveau? Il ne peut pourtant pas retourner dans le ventre de sa mère et naître une seconde fois?» Jésus répondit: «Oui, je te le déclare, c'est la vérité: personne ne peut entrer dans le Royaume de Dieu s'il ne naît pas d'eau et de l'Esprit.»
‭‭Jean‬ ‭3:3-5‬

Notre baptême doit être une nouvelle naissance. le renouvellement de ce qui constitue le cœur de notre état de baptisé nous invite à purifier nos cœurs.  C'est pour cela que chacun d'entre nous est invité avant Noël au sacrement de réconciliation qui scelle entre Dieu et nous une alliance nouvelle. Purifions notre vie. Ouvrons nos cœurs à l'esprit.

Mais ce chemin qui est celui de tout l'avent est aussi baigné et stimulé par une Contemplation.

Le texte d'Isaïe fait à l'origine référence à une naissance : celle d'un fils de roi qui sortira le peuple de l'exil. Mais cette prophétie n'avait jamais été pleinement réalisée car nous le savons bien, le peuple juif n'est, comme nous, rarement digne de la miséricorde divine. C'est pourquoi elle est reprise dans un autre contexte, plus large, celui du salut que Jésus Christ nous apporte. e. Plus que la magie enfantine qui s'est forgée autour de Noël, ce qui nous est donné à contempler, le salut véritable n'est pas seulement la magie de Noël mais le don de la Passion (Christ mort pour nous) et de la résurrection.


Aucun commentaire: