mai 02, 2019

Mystère et ministères de la femme - 2

On peut se demander si les éléments récents qui ont frappé l'Église ne sont pas une mise au point sur la place réelle de l'homme dans l'univers religieux et hiérarchique. Quand on lit attentivement le texte de Louis Bouyer, on pressent combien la place des femmes, à l'image de Marie(1), sont finalement complémentaires voire supérieures à celles des hommes, même si elles n'ont pas, de fait, accès à la présidence de nos assemblées. En effet si l'on prend l'échelle de la kénose qui est inverse de toute logique humaine, les femmes par leur humilité et leur ouverture à l'immanence divine, ont finalement une proximité plus grande au divin que tout homme mâle, fut-ce-t-il prêtre ou évêque, au point qu'elles deviennent signes et chemins pour l'homme.
Par leur contemplation ou l'exercice toute maternante de la charité, par leurs sensibilités théologiques ou mystiques, par le sens de la mesure et de la réception, elles nous précèdent en sainteté.
On rentre là dans une expression particulière de la dynamique sacramentelle (2) qui n'est pas de l'ordre du septénaire mais de la sacramentalité toute incarnée. Plus que des veilleurs de l'invisible, elles rendent visibles la tendresse de Dieu.

Bouyer développe ce point notamment à propos des vierges consacrées et des diaconnesses. La liste n'est pas exhaustive tant la sainteté "ordinaire" - ou de la "porte d'à côté (3) - peut s'exercer de bien des manières sans nécessité d'être pour autant clerc. 
Est-ce qu'en disant cela je tombe dans le machisme ordinaire? Je ne crois pas. L'enjeu est en effet de sortir d'une conception trop sacralisée du sacrement de l'ordre. Des douze disciples, un seul était au pied de la Croix alors que toutes les femmes étaient probablement présentes...
A contempler.

(1) cf. notamment Louis Bouyer, Mystère et Ministères de la femme, op. cit. p. 83sq
(2) voir mon livre éponyme.
(3) Gaudete et Exultate n. 7sq.

Aucun commentaire: