mars 15, 2008

Non violence

La non-violence dans l’hindouisme va jusqu’à, soit la destruction de l’apparence de la personnalité, soit à une efficacité politique (Gandhi). Nulle part, pour Hans Urs von Balthasar, « on a rejoint ce que Jésus signifie avec son commandement (qu’il a d’abord mis en pratique lui-même) de ne pas tenir tête au méchant, de tendre l’autre joue (Mt 5, 39) ». Car il ne vise pas pour lui la perfection, ni la connaissance mais la substitution et l’amortissement de la violence au plan de l’esprit. Balthasar renvoie à ses développements sur ce qu’il appelle la Dramatique théologique où le « se montrer lumineux » débouche dans le « se donner ». (1)

(1) Hans Urs von Balthasar, Epilogue, ibid, p. 52

4 commentaires:

Anonyme a dit…

La question que me pose ce "site" sur l'utilité duquel vous vous interrogez par ailleurs est la suivante : bien simple : à quoi bon ces grandes considérations générales quand l'amour du prochain surtout le pauvre, en vérité, nous introduit tout de suite au coeur de l'Amour du Christ, qu'aucun lire ne nous donnera jamais.
C'est une remarque un peu provocante, mais sincère. La prière et l'autre sont les deux seuls chemins, les meilleurs où dieu vient vers nous, se révèle à nous : "approchez-vous de Lui, et il s'approhera de vous" Epitre de Saint Jacques)

klod a dit…

Merci pour votre commentaire...
Heureux êtes vous si vous avez trouvé cela tout seul... Personnellement il a fallu que je passe par les livres, la lecture et la manducation de l'écriture pour comprendre que cela pouvait être un chemin pour moi. Il y a ceux qui atteignent la vérité directement, d'autres qui ont besoin de médiation. On peut considérer que la théologie ou la philosophie nous éloigne de l'autre... Mais est-ce aussi simple ?

Anonyme a dit…

Ce que je crains, c'est quand le désir intellectuel - en soi inhérent à la nature humaine - s'appliquant à la "matière" religieuse vient se substituer à la pratique faisant croire à certains que la foi est compliquée ou réservée à ine élite qui "sait" etc.
Combien de jeunes prêtres sortent des séminaires férus de grandes intellections mais dénués de qualités pastorales voire d'expérience de Dieu, tant la "formation" a privilégié le cerveau sur le coeur.

Merci de votre réponse en tous cas.

klod a dit…

Je crois que l'on est en phase là dessus. Il faut d'ailleurs voir ce site non comme un produit fini mais comme une pré-digestion de lecture difficile. Le produit fini est plutôt dans mes livres où j'essaye de rendre accessible l'inaccessible...