décembre 16, 2018

Luc 3 - Gaudete - Homélie du 16 décembre

Frères et sœurs, comme la semaine dernière, c'est le thème de la joie
qui domine dans les lectures et comme elles précèdent l'évangile, il me
semble important de s'y arrêter plus longuement.

Ce dimanche fait en effet une pause pour nous préparer à la visite de Dieu.
La couleur liturgique devrait être le rose. Et l’on appelle ce dimanche le « Gaudete » ( réjouissez vous). Cf. https://liturgie.catholique.fr/ressources/textes-des-papes/296665-benoit-xvi-signification-temps-avent/

Qu'est-ce que la joie de Noël ? Nous l'associons trop souvent à ce
qu'elle est devenue dans notre culture, poussée par une logique de
consommation et de cadeaux entre proches, en oubliant qu'il s'agit
d'autre chose.
Avant de répondre à la triple question de l'Evangile, Il nous faut
prendre le temps de contempler le projet de Dieu.

Contemplation
Si nous courons trop vite dans le faire, nous oublions en effet que tout
est grâce, que Dieu se fait don pour nous rendre amour. Notre faire
n'est pas un simple agir, il est habité en Dieu, il vient de Dieu, il
est participation au don de Dieu.

Notre réponse sera juste si elle ne « cherche pas son intérêt, si elle
prend patience », si elle est vraie et sincère.

Le vrai don est gratuit. Il est icône de ce que Dieu nous donne. Est-ce
ce que nous allons vivre à Noël un don gratuit ?

Je voudrais, à ce sujet vous demander de contempler ces trois bougies
maintenant allumées. Elles ne forment que trois étincelles fragiles,
signe d'un chemin que nous avons entamé il y a trois semaines. Le feu
qu'elle prépare est celui de l'amour venu de Dieu. Dieu vient nous visiter.


La crèche n'est que le début d'un feu plus vaste que Dieu veut allumer en nos coeurs. Le feu
de Dieu, le buisson ardent n'est autre que la Croix, il est celui de
l'amour reçu de Dieu, que nous avons à allumer sur terre. Que devons
nous faire ? Que ces bougies soient les prémisses de l'amour pour nos
frères !

L'enjeu c'est le brasier d'un amour qui nous porte et nous transforme.
Que devons nous faire ? Nous laisser embraser par l'amour qui nous
précède et nous emporte vers l'autre et vers Dieu.

2. Agir ?
Venons en à l'évangile qui nous pose trois fois la question.

Seul le silence, en nous, peut faire porter ces mots jusqu'au cœur. Que
devons-nous faire ?

Peut-être devons-nous, avant de répondre à la question, situer, dans un
premier temps, le contexte de Jean. Jean Baptiste vient du désert et
ceux qui le rejoignent on fait une partie du chemin avec lui. Le temps
du désert est un temps de purification du regard. Il nous conduit hors
des habitudes et du confort. Il ne s'agit pas de sacrifice au Temple,
comme ceux de son père Zacharie. Il nous ouvre à l'autre, à sa
souffrance. Il donne place au cœur. L'avent est un chemin de désert, un
premier jeûne. Quel est l'enjeu ? N'est-ce pas de contempler la manne,
la grâce reçue de Dieu et qu'on ne peut conserver longtemps, qu'il nous
faut transmettre au risque de tout perdre.
La réponse en effet n'est pas dans le seul faire, dans cette agitation
qui différencie les Marthe des Marie, mais dans la contemplation de ce
que Dieu souhaite réaliser véritablement en nous, à travers nous.

J'évoque le dialogue entre Marthe et Marie comme une porte d'entrée à
cette vocation qui nous attend.

Que devons-nous faire ?

Peut-être s'assoir, prier, écouter ce que Dieu veut nous dire dans le
silence.
Ensuite, dans un deuxième temps pouvons-nous mieux entendre et agir
selon les conseils de Jean Baptiste
« Celui qui a deux vêtements,
qu'il partage avec celui qui n'en a pas ;
et celui qui a de quoi manger,
qu'il fasse de même ! »
    « N'exigez rien de plus que ce qui vous est fixé. »
    « Ne faites violence à personne,
n'accusez personne à tort ;
et contentez-vous de votre solde. »

« Celui qui n'a pas la charité est comme une cymbale qui résonne » nous
dit Paul. Mais qu'est-ce que la Charité ? La Croix nous donne seule la
réponse. Elle est le lieu du don véritable. Elle est le chemin de notre
vie entière. Le Christ est le grand donateur, celui qui se donne et
s'efface.
Nous ne pouvons qu'entrer dans cette direction. C'est l'enjeu de ce feu
de l'amour sans retour qui se prépare et qui enflamme nos coeurs.

Aucun commentaire: