janvier 02, 2020

Solitude de la plume - Vladimir Volkoff

"Certains écrivains affectent de mépriser la publication de leurs écrits, affirment qu'ils travaillent pour eux-mêmes, prétendent même voir là quelque noblesse, mais je n'en crois rien : cela dépasserait les capacités de l'égoïsme humain. Tout homme qui crée a le sentiment justifié de composer une oeuvre unique qu'aucun être ne pouvait produire à sa place. Et il aurait l'incroyable avarice d'en priver autrui ? Non ; écrire pour soi ne peut être qu'une forme de dépit, ou alors fiction commode, du genre échafaudage qu'on effacera soigneusement, l'œuvre achevée. En vérité, nous écrivons pour ceux qui nous ressemblent plus que pour nous-mêmes ou pour le reste de l'humanité ; et, s'il se trouve que, temporairement nous n'avons pas de frère spirituel à portée de lecture, il faut bien nous dédoubler et, afin de travailler pour l'autre, feindre de travailler pour nous" (1)

Beaucoup de vérité dans cette introduction de Volkoff. Même si je me cache souvent derrière l'affirmation que j'écris pour moi je dois confesser, soit que je trouve peu de ceux qu'il appelle les "frères spirituels", soit une grande solitude et frustration, soit la simple constatation que mes écrits doivent être bien pauvres.

Si certains de mes romans ont un certain succès avec plusieurs dizaines de ventes par mois (65 pour le tome 1 de ma saga de 19 tomes en décembre), ceux auxquels je tiens le plus sont tirés à raison de deux ou trois par an et mes essais n'intéressent personne.
Et pourtant chaque page est souvent le meilleur de moi-même...

Les limites de l'écriture... et de l'autopublication à laquelle j'ai cédé après trop de portes fermées dans un monde de surabondance.

Ma joie provient du sourire de mes proches les plus fidèles, ceux qui vibrent encore à chaque page, même si je ne connais que deux ou trois personnes qui ait lu plus de 3000 de mes pages..

Merci aux quelques lecteurs qui me font parfois la joie de témoigner de leur intérêt...

Pourquoi est-ce que je m'accroche ?
Probablement parce que ma quête me dépasse, que l'écriture cisèle en moi quelque chose et que mon côté introverti trouve ici un exutoire.

Et puis il y a l'interaction constante entre le réel, mes lectures, ma foi, l'Ecriture et l'écriture... c'est peut-être cela qui me conduit.

Alors à toi l'inconnu qui liras ces lignes, j'espère qu'au delà de l'orgueil inévitable de l'auteur, tu trouveras dans ces pages une voie intérieure.




(1) Vladimir Volkoff, les humeurs de la mer, Olduvaï, p. 7

Aucun commentaire: