octobre 28, 2018

Au fil de Marc 10, 42 - Bartimée - Homélie du 28/10/18

Les textes que nous avons lu aujourd’hui nous parlent d’espérance.
Jérémie et les psaumes évoquent le retour d’exil avec cette belle phrase « qui sèment dans les larmes récolte en chantant ». Le récit de Bartimée transpire aussi tellement l’espérance que je voudrais vous inviter à contempler ce que vise cette espérance.
Il y a un risque, quand on lit un évangile, c’est d’oublier le contexte, l’enchaînement voulu par l’auteur. La seule lecture de l’histoire de Bartimée n’est finalement qu’un épisode du projet de l’évangéliste, de ce vers quoi il veut nous conduire. Il n'est pas neutre de voir que Marc place au chapitre 10 trois récits ; nous avons entendu, il y a quinze jours, celui du jeune homme riche qui refuse de tout quitter et de suivre Jésus, mais que Jésus aime avec les yeux du du cœur, puis celui des deux frères qui veulent la première place et que Jésus a pris pourtant pour disciples.
Ce matin, nous contemplons Bartimée qui abandonne même son manteau pour courir derrière Jésus.
Notons juste qu’entre les deux premiers récits et celui de Bartimée, Marc place une allusion à la Croix. Cela fait du chapitre 10 une sorte de résumé de l’Évangile de Marc.
Précisons qu’il n’y pas de béatitudes chez Marc, mais il y a ce regard de Jésus qui donne la vie.
En voyant le regard de Jésus sur Bartimée, celui qui croit, on voit que Marc a sa manière nous redit « Heureux les petits car ils ont accès au mystère » comme il le suggérait au chapitre précédent .
Revenons à l’évangile, lu il y a quinze jours. Le jeune homme riche voyait avec les yeux de l’intelligence, pensait commandements, mais n’avait pas la force d'aller plus loin, mais pourtant Jésus le regarda et l’aima. Pourquoi?
Bartimée, celui qui pourtant restait au bord du chemin, qui ne connaissait et ne pratiquait pas tout ça, a vu, au delà de l'ombre de ses yeux de chair, ce que les voyants ne voyaient pas. Il en laisse son manteau, son seul bien, pour courir et suivre Jésus.

D'un côté, celui qui croit savoir et voir mais ne peut aller à l’essentiel.
De l'autre, Bartimée, l’aveugle qui ne voit pas mais qui croit, qui espère et quitte tout…
Et au milieu Jésus qui avance vers la Croix avec le regard aimant.

A dire vrai, l'histoire de Marc ne s’arrête pas là. En Marc 14, 51, le soir de la Passion, un jeune homme suit Jésus, « vêtu seulement d'un drap. On l'arrête, mais lui, lâchant le drap, s'enfuit tout nu.». Pour certains commentateurs, il s'agit du même jeune homme riche, et plus encore, il s’agirait de Marc l'évangéliste lui-même. Quel chemin ? Que faire, que penser de  tout cela ?

Suivre Marc, c'est découvrir sa propre conversion, comment il a découvert les yeux du coeur. Pour lui, Jésus est notre chemin. Il est la vérité et la vie. Ce que l’aveugle voit, il veut nous le faire découvrir, au-delà de ce qui cache l’essentiel.

La première chose à faire, c'est peut-être de se retourner vers le passé et contempler les dons de Dieu, fermer ses yeux de chair et écouter notre cœur, voir Dieu qui se donne et s'efface. Qui aime à en mourir. Sentir la caresse de Dieu dans nos vies. Alors nous pourrons, comme Bartimée courir derrière Jésus et dire "fait que je vois".

Contempler l’histoire de Bartimée nous ouvre le chemin du cœur. Et le chemin du coeur est un chemin de guérison, il ouvre nos yeux à l'essentiel. Nous voyons trop par les yeux du corps ou par les yeux de l’intelligence.
Les yeux du coeur nous ouvre à autre chose. Il nous transforme, y compris dans le regard porté à nos frères.
Voir avec les yeux du cœur c’est avoir le regard aimant de Jésus.
Au bout du chemin que va suivre Bartimée à la suite de Jésus, en quittant le monde des aveugles vers la vie, il y a le Golgotha, le lieu où le grand prêtre éternel (l’heritier de Melchisédek de la 2eme lecture) va donner le sacrifice unique : sa vie. Saint Marc comme je l’ai dit, y fait déjà une allusion, entre le récit du jeune homme riche et celui de Bartimée. Pourquoi ?
Que cherche-t-il à dire ?
Pour Marc, le peuple juif ne voyait pas l'amour de Dieu. Il était derrière un voile. Au Golgotha, nous dit Marc, Dieu va déchirer le voile du haut en bas. L’aveuglement va laisser place à la lumière. Et qu’est-ce qui se révèle ?  : Un Christ qui nous aime. Un Christ qui se donne. Ce que nous refusons parfois de voir se dévoile sur la Croix.
Marc, non sans ironie, précise que ce ne sont pas les Juifs qui vont comprendre cela, mais un centurion romain, un autre Bartimée, rejeté des Juifs. « Vraiment cet homme est le fils de Dieu » dit-il. La Croix révèle que Dieu est don. Dieu est amour. Elle ouvre les yeux du cœur sur l'essentiel.
Le chemin de Bartimée, c’est regarder avec les yeux du coeur, voir l’essentiel, voire que l’amour est don. C’est aussi le chemin de Marc. Il avait des biens, il se retrouve nu, le jour de la Passion. Il est nu, mais il voit que l’essentiel est sur la Croix. Dieu est amour. Il change notre regard. Alors tournons nous vers nos frères et regardons les, à la suite de Jésus, avec les yeux du cœur.

Homélie du 28/10/2018 à St Lubin des Joncherets

Aucun commentaire: