octobre 30, 2007

Kénose de l’Esprit - IV

De la même manière, Dieu n’est pas visible (ou rarement) en tout cas dans le présent mais dans le retour en arrière sur nos vies. La vérité est en même temps grâce. Pour Hans Urs von Balthasar, l’ouverture de l’espace d’amour entre le Père et le Fils se produit dans le Fils par son oblation au monde. Pareillement l’introduction de l’Esprit dans cet espace d’amour ouvert, qui est la vérité, est en même temps l’oblation de l’Esprit dans l’intériorité de celui qui accueille son témoignage. (1)

Cela nécessite pour moi deux choses :
1) une ouverture au message,
2) un décentrement pour laisser s’emplir du don du Christ.

(1) Hans Urs von Balthasar, La Théologique, III – L’Esprit de Vérité p. 65

octobre 27, 2007

Kénose de l’Esprit - III

« Pourquoi le Fils ne suffit-il pas comme interprète, pourquoi faut-il encore l’envoi de l’Esprit ? » interpelle Hans Urs von Balthasar (1). C’est pour moi encore une question de pastorale où le Christ trace un chemin dans les cœurs mais n’impose pas la vérité. Il faut qu’il passe par la kénose et la mort pour que l’Esprit-Saint devienne interprète de ses actes et en cela révélateur de l’amour trinitaire.

Pour le théologien, une exégèse du Verbe fait chair dans sa totalité, la « vérité toute entière » ne peut être réalisée qu’à partir du moment où il est proféré jusqu’au bout : dans sa mort et sa résurrection » (…) « Ce n’est que [lorsque] elle est ainsi « embrassée et explicité dans son unité et sa profondeur (…) qu’est réalisée la vérité toute entière » (un message que seul le Paraclet peut transmettre à l’aune de l’Amour en actes et en Vérité du Christ) (2)

(1) Théologique III, L’Esprit de Vérité, p.62

(2) ibid p. 64

octobre 25, 2007

Témoignage

Pour Benoît XVI l’annonce de la foi est inséparable du témoignage de vie car celle-ci n’est pas crédible lorsque le chrétien se présente comme un acteur qui se limite à jouer un rôle.
(...) « Il est évident que le témoignage personnel du prédicateur et le niveau d'exemplarité de la communauté chrétienne conditionnent l'efficacité de la prédication », a déclaré le pape.
Pour cette raison, a-t-il expliqué « la catéchèse est inséparable du témoignage de vie ».
« Celui qui éduque à la foi doit être « comme le disciple bien-aimé, qui a posé sa tête sur le cœur du Maître, et qui a appris là la façon de penser, de parler, d'agir ».

Source : Zenit.org

octobre 24, 2007

Evangellein

Le sens d’Evangellein est l’annonce, l’introduction. Proclamer l’Évangile serait alors mettre sur le bon chemin (hodègein) cf. Jn 16, 13 (1)

Il me semble que cette formulation est dans la lignée de ce que j’ai essayé de développer dans Chemins d’humanité, chemins vers Dieu, c'est à dire une pastorale qui se doit d’être une introduction à la lumière et qui laisse un choix libre advenir.

J'espère que la réunion en cours sur la catéchèse n'oubliera pas de prendre cet aspect des choses en perspective.

(1) Hans Urs von Balthasar, La Théologique, III – L’Esprit de Vérité p. 61

octobre 23, 2007

Kénose de l’Esprit - II

« Mais quand il viendra, lui, l’Esprit de Vérité, il vous introduira dans la vérité toute entière ; car il ne parlera pas de lui-même, mais ce qu’il entendra, il le dira et vous annoncera les choses à venir ». Jn 16, 13

Sans commentaires

octobre 21, 2007

Binité et Trinité

Pour Hans Urs von Balthasar, le simple amour du Père et du Fils ne produit qu’une « binité » (Binität). Ce qui manque, ajoute-t-il, c’est « le miracle de la fécondité, du cadeau qui dépasse l’un et l’autre ». (1) On ne peut s’empêcher de penser, quand on a la joie d’être père, à ce toujours plus que constitue l’enfant. Car c’est bien de la même « image et ressemblance » qu’il s’agit. Le conjugal s’épuise quand il est tourné sur soi-même et qu’il n’intègre pas le don, ce débordement que constitue toute fécondité, dont l’enfant naturel n’est que la face la plus visible.

(1) Hans Urs von Balthasar, La Théologique, III – L’Esprit de Vérité p. 39

octobre 19, 2007

Pneumatologie

Pour Karl Barth, seul les personnes disposant d’une base spirituelle et intellectuelle très solide, des Thébains authentiquement instruits, seront capables d’ébaucher une théologie du 3ème article [l’Esprit-Saint] » (1)

Il me semble, à la lecture de ces pages qu’Hans Urs von Balthasar rentre dans cette catégorie et que, comme toujours, je ne perçois que le dessus de la crème de ce nectar…

C'est ce que j'ai essayé de traduire partiellement dans Retire tes sandales, dont je viens de mettre en ligne une 4ème version (orthographe révisée par ma fille, qui l'a trouvé accessible... Elle a 16 ans et demi - un critère pour ceux qui hésiteraient....)....

(1) Karl Barth, Postface sur Friedriech D.E. Schleirmacher, dans la théologie protestante du XIXème siècle, Genève, Labor et Fides, 1969 463-464 cité par Hans Urs von Balthasar p.27

octobre 18, 2007

Inépuisable lumière

« Adrienne von Speyr va jusqu’à dire que cet excès [de lumière] fait partie de l’essence même de Dieu qui dans sa vie trinitaire elle même, se trouve toujours de nouveau confronté à la surprise de la grandeur toujours plus grande qu’il est pour lui-même ». (1)

(1) Cité par Hans Urs von Balthasar, La Théologique, III – L’Esprit de Vérité p. 24

octobre 16, 2007

Demeurez dans mon amour

Si le Seigneur veut être cru par ceux auxquels il a fait don de la foi, il veut que tout ce qui fait de ceux-ci des hommes lui rende gloire, lui soit remis dans l'amour.

II ne veut pas de nous une intelligence au chômage, une raison démissionnaire; il veut que l'une et l'autre rendent gloire en devenant capables d'adoration. II me semble que l'adoration est comme leur état de sacrifice. Je pense qu'il faut croire tout à fait pour pouvoir adorer tout à fait.

Je pense aussi qu'il est difficile de croire tout à fait si on n'a pas appris à croire pendant des temps plus ou moins courts ou interminables, sans voir clair du tout.

La vie de foi n'est pas une évasion, elle est notre vocation chrétienne. Mais elle deviendrait une évasion si elle devenait une sorte de lieu spirituel qui, pour aller vers lui, permettrait de quitter le lieu où l'on est.

Madeleine Delbrel, Indivisible amour, Centurion 1991 p. 32

octobre 14, 2007

Méditation sur l’Ascension

Ne peut-on dire à l’aune des développements anciens sur l’hyperbole, que l’Ascension est en sens la véritable hyperbole ? Le Christ se révèle, s’incarne, puis se retire et ce retrait est ouverture pour nous. Ouverture dangereuse parce que notre interprétation peut se tromper, mais ouverture qui laisse une place à l’Esprit, qui prendra fonction d’interprète de ce chemin hyperbolique.

On aperçoit pour moi, là encore, le rôle kénotique de chacune des personnes divines.

octobre 13, 2007

Image (bis)

Je peux voir que mon âme a été faite à l'image du Créateur, afin d'être une image de l'Image, car mon âme n'est pas l'image de Dieu, à proprement parler, mais elle a été créée à la ressemblance de la première Image.

Alors je verrai qu'à la manière de ces peintres d'effigies qui ne disposent que d'un unique portrait royal et dont tout l'art réside dans la reproduction de ce modèle, chacun de nous, façonnant son âme à la ressemblance du Christ en propose une image plus grande ou plus petite, terne et laide ou au contraire nette, lumineuse, fidèle au portrait original.

Et si j'agrandis l'image de l'Image - c'est-à-dire mon âme - et si je la magnifie par mes actes, mes pensées, mes paroles, alors l'image de Dieu s'agrandit à son tour et notre âme magnifie le Seigneur lui-même, dont elle est l'image.
(1)

(1) Origène, Homélie sur Luc, PG 13, 1820

octobre 11, 2007

Esprit libre

« Le vent (du pneuma) souffle où il veut, et tu entendras sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient, ni où il va, nous rappelle Jn 3,8 21. Pour Origène, il faut cependant séparer l’Ancienne alliance (littera = lettre) de la nouvelle alliance : «la lettre inspirée de l’Esprit » et en ce sens un « parler autre » [allos – agorein], une manière de dire la même chose autrement et plus profondément.

Dans le Christ lui même la lettre est la chair (…) [mais] en tant que chair, éclairée par l’Esprit et imprégnée d’Esprit dans le Christ lui-même, elle fait partie de manière irrécusable de la Vérité. (1)

(1) Hans Urs von Balthasar, La Théologique, III – L’Esprit de Vérité p. 23

octobre 10, 2007

Allez... Proclamez...

Comment parlez-vous aux pauvres ? Leur annoncez-vous la Bonne Nouvelle, l’Évangile ?

"J'essaie avant tout d'être proche d'eux, de partager leur sort, d'aimer chacun comme une personne très aimée de Jésus. Ma charge d'évêque m'a conduit et me conduit toujours au milieu de ces frères et de ces sœurs. Je garde le silence, je les écoute quand ils parlent et, lorsque je trouve une ouverture, je leur raconte l'Évangile, je leur annonce l'immense amour de Dieu. À l'époque de mes travaux, je savais déjà qu'on ne peut comprendre l'homme et son mystère devant Dieu uniquement à travers les livres, qu'il faut être en contact avec les pauvres les humbles, ceux qui souffrent le plus et sont exclus.

Mon expérience m'a appris que, face à la pauvreté et au désespoir, je reçois beaucoup plus que je ne m'efforce de donner, car l'homme, mis à rude épreuve, sait se montrer d'une humanité, d'une force, d'une dignité dont celui qui est protégé ne serait pas capable.

Des détenus, des toxicomanes, des séropositifs, des pauvres, des malades mentaux, j’apprends énormément, et je découvre que, le vrai pauvre, c’est moi."

Mgr Carlo Maria Martini, A l’écoute du cœur, Albin Michel, 1995, p. 132-133

octobre 09, 2007

Kénose de l’Esprit

C’est peut-être un paradoxe puisque l’Esprit est ce qui nous reste depuis le départ du Fils, mais pour moi sa présence reste foncièrement kénotique. Elle est même en soi la quintessence de la kénose puisqu’il n’apparaît jamais en personne mais « nous permet de voir le Père » comme l’affirme saint Basile (1)

Et de fait sa présence agit comme un révélateur : « Il veut seulement nous animer de son souffle et non s’objectiver devant nous. « il est la lumière que l’on ne saurait voir ». N’en arrive-t-on pas à en conclure que le décentrement pourrait être simplement se laisser habiter par le souffle – le pneuma – le vent, ce qui en soi n’est pas incompatible mais interpelle sur le plan du discernement (nous y reviendrons)…

(1) cité par Hans Urs von Balthasar, La Théologique, III – L’Esprit de Vérité p. 19
(2) Hans Urs von Balthasar, ibid p. 20

octobre 07, 2007

Esprit hors église

Ce que j'écrivais plus haut n’exclut pas ceux qui sont hors de l’Église. Pour Hans Urs von Balthasar, l’Esprit se manifeste dans tous les peuples : « de même qu’il y a chez eux un logos spermatikos, il faudrait postuler en eux quelque chose comme un pneuma spermatikon » (1)

(1) Hans Urs von Balthasar, La Théologique, III – L’Esprit de Vérité p. 15

octobre 06, 2007

Le Seigneur est bon, éternel est son amour

Je crois que nous devrions aimer Dieu pendant notre vie pour tout le bien qu'il nous fait et avoir confiance en lui. Mais - pour parler clairement - qu'un homme dans les bras de sa femme ressente une nostalgie ardente de l'au-delà, c’est du mauvais goût, pour user d'un euphémisme, et en tout cas pas la volonté de Dieu. Il faut trouver Dieu et l'aimer à travers ce qu'il nous donne dans le présent. S'il lui plaît de nous combler d'un bonheur terrestre bouleversant, ne soyons pas plus pieux que lui et n'abîmons pas ce bonheur par des pensées présomptueuses ou provocantes et par une imagination religieuse débordante, incapable de se contenter de ce qu'il donne.

Dieu fera en sorte que celui qui le trouve dans son bonheur terrestre et lui rend grâces ne manque pas d'heures qui lui rappellent que tout ce qui est terrestre est provisoire, et qu'il est bon d'habituer son coeur à l'éternité; il y aura toujours des moments où l'on pourra dire en toute sincérité

« J'aimerais être là-haut... » Mais chaque chose en son temps. L’essentiel est de régler ses pas sur ceux de Dieu, de ne pas vouloir le précéder toujours de quelques coudées, ni de rester en arrière. C'est de la présomption que de vouloir tout à la fois, le bonheur conjugal, la croix et la Jérusalem céleste, où il n'y a ni homme ni femme. Il y a un temps pour tout (Qo 3, 1). (1)

(1) Dietrich Bonhoeffer, Résistance et soumission, Labor et Fides, 1973, p. 178

octobre 04, 2007

Eglise habitée

On a trop souvent tendance à voir le Christ et rejeter son Église, mais pourtant, c’est dans le corps souffrant et blessé de ses membres qu’elle continue à se révéler le mieux, à sa manière.

« Là où est l’Eglise, là aussi est l’Esprit de Dieu et là où est l’Esprit de Dieu, là est l’Eglise et toute sa grâce. Et l’Esprit est Vérité » (1)

Certes, ajoute le théologien : « Il y a bien plus de vérité dans le Christ que dans la foi de l’Eglise et plus de vérité dans la foi de l’Eglise que dans les dogmes explicitement formulés » (2)

(1) Irénée Contre les hérésies, III, 24 Cerf 1974 p. 474-475 cité par Hans Urs von Balthasar, Théologique III, L’Esprit de Vérité, p. 13

(2) ibid p. 15

octobre 02, 2007

Trancher et choisir la vie

"Je me rappelle un homme qui, à maintes reprises, venait me voir et répétait toujours: « Je veux connaître Dieu, faites-moi découvrir Dieu ! » Un jour je lui dis ceci : « Supposons que je sois en mesure de le faire: seriez-vous prêt à vous engager dans une vie nouvelle, ou bien rêvez-vous à Dieu comme à un bonheur de plus pour que tout aille encore mieux dans votre vie? » L’homme était loyal et, après m'avoir dévisagé, il avoua : « Oui, je voudrais que Dieu entre dans ma vie sans rompre l'ordre que j'y ai établi, qu'il lui donne plus d'espace pour que je puisse vivre mieux et plus heureux. » Voilà qui est crucial, car la parole de Dieu est un glaive à deux tranchants, selon l'Apôtre (He 4, 12). Si nous recevons la Parole, elle séparera en nous les ténèbres et la lumière, et nous serons acculés à un choix. Qui parmi nous est assez hardi et assez persévérant pour faire ce choix... ?" (1)
Sans commentaires...

(1) Métropolite Antoine Bloom, Rencontre avec le Dieu vivant, Cerf, 2004, p. 91

octobre 01, 2007

Sang et eau

Le témoignage de l’Esprit n’est rendu qu’en commun avec l’eau et le sang. Si l’Esprit apparaît comme eau vive, il faut aussi, affirme Hans Urs von Balthasar, que le sang du Christ soit bu en même temps. Cela implique un sens plus large qui met l’Esprit dans l’Eglise. (1) Coïncidence, mais je trouve le même discours dans Jésus de Nazareth de Benoît XVI, p.265 à 267…

Et en effet, c’est le cœur de l’incarnation qui est en jeu. A la source idéale se joint l’exigence de la terre : aimer non l’être iréel mais l’être incarné, celui qui se révèle dans son frère. « Quand vous avez servi un verre d’eau… , c’est à moi que vous l’avez fait »

(1) Hans Urs von Balthasar, La Théologique, III – L’Esprit de Vérité p. 13