janvier 15, 2005

Persévérance...

Il y a des jours où l'on perd espoir, où les choses ne vont pas comme on voudrait qu'elles aillent. On perd pied.
C'est pourtant dans la persévérance que l'on peut avancer.
La routine établie dans les jours de joie peuvent aider pour habiter le présent, se recentrer sur l'essentiel en prenant de la distance sur ce qui blesse, ce qui fait mal. Se recentrer c'est aussi opérer un décentrement. Paradoxe du centre et de l'autre. Le centre, c'est notre intériorité la plus profonde, mais cette dernière nous échappe parce qu'elle est reçue d'un autre, d'un ailleurs.
J'avais découvert ainsi un très beau texte de Theillard de Chardin qui s'appelle la custode. Il parle de cette réception de l'Eucharistie. On veut faire corps, fusionner avec cet autre en moi et pourtant il nous échappe toujours, parce qu'il est autre en moi...

Aucun commentaire: