décembre 25, 2014

Il s'est fait chair...

Il s'est fait chair. Contempler la nativité, c'est prendre en compte, à la suite de Luc et Matthieu que la venue du Christ ne s'est pas faite en un jour, mais est le fruit d'un long processus qui vient de l'origine et se dévoile progressivement, selon le plan de Dieu, jusqu'à la "prise de chair" du Verbe.

Si, comme le dit saint Augustin, c'est par "le cœur seul qu'on voit le Verbe" il nous faut aussi passer par la chair. C'est pourquoi l'évêque d'Hippone ajoute "tandis que la chair est vue aussi par les yeux. C'est la chair qui nous permettait de voir le Verbe. Le Verbe s'est fait chair, une chair que nous puissions voir, afin que soit guéri en nous ce qui pourrait voir le Verbe." (1)


Que faut-il guérir en nous ? Rien d'autre que nos aveuglements, ce qui obscurcit notre coeur de la contemplation du mystère. Dieu a tout donné, jusqu'à remettre dans le sein d'une Vierge, le fruit d'un long travail de révélation. Abandon du père, kénose, dira Balthasar.

(1) Saint Augustin, commentaire de la première lettre de saint Jean



Aucun commentaire: