avril 28, 2005

Trinité...

"La somme des acteurs individuels ne suffit pas pour incarner l'idéalité du drame dans son unité indivisible. Il y faut nécessairement une nouvelle instance qui fait passer l'unité idéale à l'unité réelle ; celle du metteur en scène. Son apport créateur est nettement distinct des apports créateurs de l'auteur comme de l'acteur : il concerne les transpositions de l'idéalité comme un tout dans la réalité de l'exécution comme un tout." (1)

Ce passage de Urs von Balthasar pourrait approcher le mystère même de la Trinité. On pourrait ainsi concevoir le Père comme l'auteur, le Fils, de même essence que le Père comme le premier acteur, médiateur de nos rôles à venir et l'Esprit comme le metteur en scène du théâtre de la Cité de Dieu au sein même du théâtre du monde.

Mais Balthasar met dans le son tome 2 de la Dramatique Divine (2)quelques limites à cette métaphore, même si elle reste en soi interpellante, petite image d'un mystère plus insaisissable du rapport entre Dieu et le monde...

(1) d'après Urs von Balthasar, ibid p. 216
(2) tome 2, préambule...

Aucun commentaire: