janvier 20, 2006

Oecuménisme

Le risque et le potentiel de l'oecuménisme de base "sans institution..." est à la fois de générer des lieux de rencontre et de progression mais parfois aussi de parvenir à une guerre et une division plus grande.
En cela l'Institution doit promouvoir le bon, distinguer ce qui n'est pas valable et rendre possible pour l'ensemble ce qui est profitable. "Elle a un rôle d'encouragement, de discernement, de décantation et de médiation". Le but est favoriser l'unité de tous, ne pas attendre à chaque fois les ordres d'en haut mais innover "dans la responsabilité à l'égard de l'ensemble et dans l'ouverture à l'ensemble".

Je pense qu'en cette semaine de l'unité, il est à la fois utile de rappeler les limites mais important de stimuler toutes les initiatives. Toutes ces rencontres qui permettent qu'au delà des discours nous percevions la richessse de nos propres chemins. Non pas pour renier nos différences, mais pour percevoir à quel point, il y a dans chaque homme, une parcelle du Verbe qui s'agenouille et qui tend à l'unité...

(1) d'après Joseph Ratzinger, ibid p. 335-340

Autres liens sur ces thèmes : Oecuménisme Unité Dialogue Ratzinger Chemins de dialogue Prière pour l'unité

1 commentaire:

Emmanuel a dit…

Limite dans l'ouverture: c'est une posture qui conduit inévitablement, au fil de la prudence, à la condamnation, non? Consciente ou implicite, celle-ci conduit à fermer. Pourquoi la diversité fait-elle peur? Pourquoi l'unité devrait être un objectif indépassable? Se retrouver au fil des rencontres et échanger ne suffit-il pas?