février 09, 2006

Dieu "semper major..."

On peut toujours chercher à philosopher, à faire de notre vision de Dieu, un modèle bien carré et bien polissé. La réalité de Dieu est toujours plus grande que nos expériences, plus grande aussi que nos expériences même de Dieu et c'est peut-être en cela qu'il est Dieu, infini...
Face à cette interpellation du divin, on peut s'interroger sur nos essais d'évangélisation. La foi, en effet ne peut simplement être transmise selon le seul schéma de l'offre et de la demande car elle ne pourrait plus rayonner sa propre réalité. L'homme s'interroge trop peu et pas nécessairement de façon correcte souligne Ratzinger (1). Nous avons a tout mettre en oeuvre pour que La Rencontre soit une irruption, une épiphanie et en cela l'apparition de l'infini au delà de nos schémas et de nos explications rationalisantes. Et ce chemin est valable pour tous nos efforts de pastorale. On croit qu'en répondant à la faible demande par une offre légère on ne brusque pas la personne et que l'on respecte son cheminement. C'est je pense important. Et je n'ai cessé de défendre cette thèse. Et cependant, je conçois qu'à trop aller dans ce sens nos pastorales soient trop gentillettes. Nous mêmes sommes parfois endormis dans la routine du "on sait faire", mais ne sommes nous pas alors comme le frère du fils prodigue, assis à côté d'un trésor et incapable de le partager...
Que faire ? La tentation de certains est de foncer dans le prosélytisme forcené ou la catéchisation à outrance. Le chemin est à mon sens plus subtile. Il s'agit d'accompagner tout en laissant place au travail du coeur. Et ce travail du coeur doit être le fruit d'un jaillissement. "Longtemps je t'ai cherché et tu étais là, et je ne le savais pas" disait saint Augustin...
(1) ibid p. 388

Aucun commentaire: